Le syndrome harkis - nos soldats musulmans abandonnés (Toulouse,..).

Publié le par DAN

"Le Pen Sarkozy", un pléonasme.
 

A l'évidence nos deux compères ont retrouvés de la voix, la chasse aux "mauvais" arabes, aux "mauvais" musulmans, la chasse aux extrémismes non conformes à la pensée extrémiste de Le Pen ou Sarkozy est venue recouvrir la campagne présidentielle. Sans autre précaution voilà réhabilité le délit d'opinion.

Il ne manque que l'appel à la délation, gageons que ce sera chose faite très prochainement.

Entre temps les "musulmans d'apparence" sont invités à mêler leurs voix à la curée, et si certains comme Le Pen envisagent la dissolution de leurs organisations représentatives pourquoi alors ne pas prendre exemple sur le passé, sur les fameux "conseils juifs" (Judenrate) mis en place par les autorités nazis, pour les organiser ?

Nous avons déjà les ghettos comme le soulignait encore un courrier de notre député André Gérin à deux candidats de la Présidentielle qui essaye de comprendre les dérives d'une jeunesse abandonnée par la République et le Fouquet's.

Aussi, je crois qu'ils ont bien de la vertu nos soldats de confession musulmane pour continuer de servir la France. Et d'ailleurs de "servir la France" est ce encore là la préoccupation de nos oligarques déjà très "occupés" entre Bruxelles et le Reichstag, entre l'euro et l'Union européenne.

 

Il fallait encore à cette nauséabonde propagande que la proviseure d'un Lycée du Val d'Oise vienne ajouter sa merde.

Jugeant indécente la jupe longue d'une élève musulmane, la dame aura exclue de l'établissement la jeune Khadidja, trop pudique pour les goûts de la République.

Cette volonté d'humilier une communauté est elle pédagogique ? sans doute convient il encore de s'interroger sur le type de régime auquel on veut nous acculturer.

(lire)

Lyon-Royal-collection.gif
 
".. Comme je l’ai écrit dans un livre intitulé « Les ghettos de la République, encore et toujours » , depuis plusieurs décennies, il y a un aveuglement sur la montée de l’islam radical. Son terreau, ce sont les ghettos sociaux et ethniques qui s’installent sur fond de paupérisation économique, sociale, morale et culturelle. Ainsi, des territoires se referment. S’y déploient l’endoctrinement, les conditionnements, voire le bourrage de crâne. Nombre de ces jeunes ont le sentiment que la société les méprise, qu’ils sont de trop. Dès lors, les prêches messianiques des gourous islamistes donnent un sens à leur vie. Au final, ils développent un racisme anti-juif, des jugements et comportements anti-France et anti-blanc. La société paie, en définitive, l’abandon dont elle s’est rendue coupable à l’égard de ces quartiers et de ces populations. Les français issus de l’immigration ont été abandonnés, enfermés dans une misère endémique. C’est une jeunesse ghettoïsée qui n’a comme seul horizon un  « no-futur », avec un chômage de masse et des taux qui peuvent atteindre 50 %. Cette politique n’a entrainé que du rejet, du mal-être, de l’incompréhension jusqu’à conduire à la haine de la France. Cette haine-là sert de fonds de commerce au FN et Nicolas Sarkozy s’en sert pour diviser les français. Le drame est que sont ainsi montrés du doigt, dans un odieux amalgame, toutes celles et tous ceux qui sont de confession musulmane, adhèrent pleinement à la Nation et à la République et souhaitent pratiquer leur foi en toute sérénité. ... L’islam instrumentalisé met en avant une revendication ethnico-religieuse, portée par des jeunes devenus la proie des salafistes. La France est à la croisée des chemins. Notre volonté de reconnaître la place de la 2ème religion en France, l’islam spirituel, son installation nécessaire dans des lieux dignes de ce nom doivent s’accompagner de notre refus catégorique d’un islam politique contraire aux principes de laïcité, à notre art de vivre, à notre mode de vie, à notre culture. En France, la loi garantit le libre exercice de la foi, dès lors que la foi ne prétend pas faire la loi. .." André Gérin, député du Rhône
   
Toulouse, un crime raciste pour couronner les campagnes menées contre les communautés religieuses ?
   

Commenter cet article