Le deuxième crime de Gérard Ducray, ancien ministre et député libéral du Rhône.

Publié le par DAN

 
Les droits des femmes toujours bafoués.Marianne
 

Il ne suffisait pas de cette démonstration d'impunité que nous offre Dominique Strauss Kahn avec l'aide de quelques amis, voilà un autre condamné pour harcèlement sexuel, Gérard Ducray ancien ministre et député du Rhône, qui "sauve sa tête" en obtenant l'abrogation d'un article du code pénal.

Nouvelle démonstration de la déconfiture de cette république qui après deux présidents noyés dans les "affaires" nous offre le spectacle d'un curieux Conseil constitutionnel. Une institution "républicaine" qui livre donc pieds et mains liées les femmes à leurs prédateurs, curieux sens de la justice. L'on se demandera longtemps quels crimes ces "sages" avaient à se faire pardonner.

Pour échapper à sa condamnation il ne restait à Gérard Ducray, libéral, que la solution d'humilier la Justice et les femmes, c'est chose faite. Un mandat de Président de la République s'achève dans le déshonneur, l'actuelle "majorité gouvernementale" avait désigné la majorité de ce "Conseil constitutionnel" ou siègent encore deux anciens Présidents, Jacques Chirac et Valéry Giscard.

   
  "Le Conseil avait été saisi de cette affaire par le biais d'une question prioritaire de constitutionnalité soulevée en cassation par Gérard Ducray, ancien député du Rhône, condamné en appel en 2011 pour harcèlement sexuel à trois mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende. Il considérait que le code pénal, laissant au juge une trop grande marge d'appréciation des éléments constitutifs du délit qui lui était reproché, permettait "tous les débordements, toutes les interprétations", avait plaidé son avocate, Me Claire Waquet, à l'audience du 17 avril devant les Sages." Le Monde
   
Marianne

Le quatrième singe de sagesse - l'histoire cachée du singe qui se bouche le nez. (Exclusif !)

Un receleur au secours de l'homme de Karachi ? Valéry-les-Diams.

   

Publié dans OLIGARCHIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article