Woerth - Ses amis sont légion !

Publié le par DAN

Sarkozy Woerth - la paire"Un courrier saisi lors d'une récente perquisition prouve que l'actuel ministre du Travail est bien intervenu, en mars 2007, auprès de Nicolas Sarkozy pour lui demander d'attribuer la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, financier des Bettencourt... et grand donateur de la campagne présidentielle.

Une simple lettre, découverte à la mi-août lors d'une perquisition, fragilise la position d'Eric Woerth. L'actuel ministre du Travail a toujours affirmé ne pas être intervenu dans l'octroi, en juillet 2007, de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, futur employeur de son épouse et gestionnaire de fortune des Bettencourt. Il a maintenu cette version lorsqu'il a été entendu comme témoin, le 29 juillet dernier, par la police judiciaire dans l'enquête sur un éventuel trafic d'influence autour de cette décoration. Or, selon nos informations, le procureur Courroye et les policiers de la Brigade financière disposent aujourd'hui d'un élément crucial qui infirme cette version: une lettre signée d'Eric Woerth lui-même, datée du début du mois de mars 2007.  

Une nouvelle audition d'Eric Woerth paraît inévitable

Ce courrier, adressé à Nicolas Sarkozy, place Beauvau, recommande Patrice de Maistre pour l'obtention de cette décoration. A l'époque, Eric Woerth est à la fois trésorier de l'UMP et du candidat à l'élection présidentielle. Quant à Nicolas Sarkozy, il se trouve pour quelques semaines encore à la tête du ministère de l'Intérieur, qu'il s'apprête à quitter pour se consacrer à la campagne.  

Dans la lettre, rédigée sur du papier à en-tête d'une association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth vante les mérites de Patrice de Maistre, membre du Premier cercle, rassemblant les principaux donateurs de Sarkozy. Le gestionnaire de fortune est, par ailleurs, un collecteur de fonds légaux pour l'UMP. Avec ce document, l'hypothèse d'une récompense pour ses bons et loyaux services prend corps.  

Interrogé le 30 août par L'Express, pour savoir s'il était intervenu par écrit ou oralement dans le dossier d'attribution de Légion d'honneur, Eric Woerth n'a pas souhaité entrer dans le détail. Il a simplement répété que cette remise de décoration n'avait donné lieu à "aucune contrepartie".  

Quant à l'avocat de Patrice de Maistre, Me Pascal Wilhelm, il nous a indiqué que son client avait découvert l'existence de cette lettre le 25 août, lorsque les policiers l'ont interrogé pendant six heures. Une nouvelle audition d'Eric Woerth semble désormais inévitable. - L'Express 31/08/2010

Alors que le Premier ministre de Nicolas Sarkozy nous vante les mérites de l'austérité, de la remise en cause des retraites, il est important de savoir qui parle et prétend ainsi représenter l'intérêt general dans la Nation. De ceux qui priviligient leurs intérêts privés, ceux de leur Parti au détriment des intérêts de l'Etat, de ceux qui comme Woerth ou Kouchner sont aussi les pygmalions de leurs épouses - ou pour d'autres de leurs enfants. Les privilégiés aiment à se défendre le verbe haut, méprisant les modestes, ceux qui vivent toujours plus difficilement d'un honnête labeur - ceux là qui devraient encore ployer sous l'austérité.

L'affaire Woerth déroule sous nos yeux les milles abus de l'oligarchie, de cette société qui a fait du mensonge, de la tromperie, de l'abus de pouvoir l'essentiel de sa culture politique, une atteinte permanente aux rêgles de la démocratie - une seule volonté de l'enrichissement personnel au détriment du bien commun. Voilà de l'effondrement moral de cette république qui justifierait d'une Révolution, d'une révolution capetienne ! 

 "Saint Louis « ne s’occupait que de justice », c’était là toute sa politique et la raison de la révolution pacifique qu’il accomplit. Les « groupes de pression » de son époque, rebelles à l’unité et à l’intérêt commun, avaient leur propre justice et le roi justicier s’attacha à combattre fermement ce privilège. Les féodaux de notre temps ont retrouvé l’habitude de défier l’Etat, de se faire justice eux-mêmes, de prélever à leur bénéfice la meilleure part des richesses produites par le travail de tous. C’est la tâche des gouvernements modernes d’assurer, avec la « sévère équité » de Saint Louis, une juste répartition des ressources nationales et ensuite de faire respecter par tous l’ordre et les lois. Les mesures sociales, si nombreuses, hardies et ingénieuses soient-elles, ne sont que des palliatifs. La politique à faire est une politique de justice, celle que les papes qualifient de socialiste, celle qui doit mettre le monde du travail à l’abri des caprices de la « fortune anonyme et vagabonde ». Les manœuvres occultes de l’argent-roi, telles qu’elles s’exercent de nos jours, ne sont plus acceptables. Il faut en finir avec les féodalités nouvelles dont le règne est fondé sur la peur qu’elles inoculent au peuple pour le faire douter de son droit et de son destin, pour lui faire accroire que ses intérêts sont liés à leur puissance et qu’il faut devenir conservateur pour garantir les meilleures conditions de vie acquises par les luttes d’autrefois."

Henri VI - Comte de Paris (1908-1999) - source "La Couronne" - 

    Pour services rendus à l'UMP.

"Patrice de Maistre s'était fait remettre la Légion d'honneur en janvier 2008 par Eric Woerth, à l'époque ministre du Budget.

Cette décoration lui avait été attribuée dans le cadre de la promotion du 14 juillet 2007, nommant au grade de Chevalier "M. de Maistre (Patrice, Xavier, Manuel), président-directeur-général de société; 35 ans d'activités professionnelles", sur le contingent du ministère de l'Economie, des Finances et de l'Emploi, selon le Journal officiel.

Le parquet s'est fait remettre ce dossier par la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur dans le cadre de son enquête sur un éventuel conflit d'intérêts entre les fonctions passées de ministre du Budget Eric Woerth et l'embauche en septembre 2007 de son épouse, Florence Woerth, par Patrice de Maistre dans la société de gestion de fortune de Liliane Bettencourt." NvObs/AFP  

"PARIS — Le ministre du Travail Eric Woerth a attribué il y a deux ans la Légion d'honneur au comptable ayant certifié ses comptes de campagne aux dernières élections municipales, indique vendredi le site d'information Mediapart, qui dénonce un "conflit d'intérêt".

Contacté par l'AFP, l'entourage du ministre a répondu qu'il "ne souhaite pas apporter de commentaire à une énième provocation sans fondement, utilisant toujours les ressorts de la calomnie".

Le 13 juillet 2008, Bernard Godet, un expert-comptable qui avait certifié deux mois plus tôt les comptes de campagne municipale d'Eric Woerth à Chantilly (Oise), dont ce dernier est maire, a été nommé officier de la Légion d'honneur sur le contingent de M. Woerth, alors ministre du budget, selon Mediapart."

 

Publié dans AFFAIRE WOERTH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article