Violence, faire une conduite de grenoble, hier à aujourd'hui.

Publié le par DAN

Que s'est-il vraiment passé dans la nuit de vendredi à samedi, à La Villeneuve ? Un voisin, Tepetate, raconte(a) : « Les violences ont commencé vers 1h30. Près de quarante voitures ont brûlé sur un espace très réduit, entre deux arrêts du tramway. Ce ne sont que quelques dizaines de jeunes qui agissaient. Les CRS et les pompiers sont arrivés une heure plus tard. De nombreuses grenades lacrymogènes ont été lancées. Pour ce qui est des coups de feu, impossible de confirmer ou d'infirmer : difficile de les distinguer des petites explosions des voitures qui brûlaient. Parler de guérilla urbaine est très exagéré, car ce n'était pas le peuple contre l'armée, mais quelques gus sans aucune stratégie ! Le poste de police qui est dans ce secteur n'a même pas été incendié. » - Rue89 17/07/2010 (LIRE)


(a) des témoignages identiques sur les télévisions régionales. ndr.

 Les récits des événements qui ont agités le quartier de la Villeneuve (Grenoble) sont intrigants - sauf à admettre que nous sommes entré dans la préparation des élections présidentielles de 2012 et que l'un des thèmes préféré de la droite radicale est l'insécurité.

La description permet de relever des moyens indadaptés pour maitriser un groupe de quelques jeunes (extinction des éclairages publics, hélicoptère, effectifs ..) mais propre à terroriser la population civile en instaurant un climat de guerre civile et à donner de belles images aux médias télévisés.

Ainsi après les politiques économiques et sociales propres à marginaliser la France populaire, ces fastueux moyens viennent instrumentaliser le sentiment d'abandon dans lequel sont tenu trop de Français.

Pourtant un double échec pour le sarkozysme, celui d'une politique de sécurité mise en échec après 7 ans de mise en oeuvre, celui de la politique paillette qui voyait Fadela Amara à la mise en oeuvre d'un "plan marshall" des banlieues qui ne peut qu'alimenter les rémugles d'extreme droite.   mandrin d

Une conduite de Grenoble : faire à quelqu’un la conduite de grenoble, c’est le ramener à la porte sans ménagements en l’accompagnant au besoin de quelques invectives et de coups.

On raconte que le maréchal de lesdiguières, nommé gouverneur du Dauphiné par Louis XIII, se présenta dans la capitale sans prévenir. Les grenoblois surpris le reçurent à coups de pierres et de bâton et le reconduisirent hors des murs sous les huées. [ source Grenoble c mieux.com ]

Grenoble - le braqueur abattu n'était pas membre de l'Ump (bavure).  

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article