Union européenne .. la prostitution pour les chômeuses ! L'Etat maquereau.

Publié le par DAN

 
Passer d'éducatrice à strip-teaseuse, normal pour Pôle emploi
"Une éducatrice spécialisée de 53 ans est au chômage depuis un an. Pôle emploi lui a proposé un poste de strip-teaseuse seins nus dans une boîte de nuit. L'organisme public multiplie les annonces loufoques.
Drôle de reconversion pour une quinquagénaire. Au chômage depuis un an, une éducatrice spécialisée a reçu une curieuse proposition de travail. Pôle emploi lui propose de devenir … strip-teaseuse.
L'annonce est sans ambiguïté « Recherche strip-teaseuse, 12 € de l'heure, au sein d'un établissement privé vous interprétez des oeuvres chorégraphiques avec des techniques classiques du strip-tease topless, du mercredi au samedi. »
Un choc pour cette habitante de Gignac (Hérault) de 53 ans. Non seulement elle espérait une offre dans son domaine d'activité. Mais surtout elle est outrée que Pôle emploi propose de se dénuder pour gagner sa vie, rapporte le quotidien Midi-Libre." France Soir 31 Janvier 2012
 

Voilà qu'encore le gouvernement de François Hollande, sa ministre Najat Vallaud-Belkacem, vont se trouver en difficulté dans l'Union européenne - d'ici à devoir inscrire sinon la prostitution, du moins les mêtiers du sexe comme un droit constitutionnel il n'y a pas long à attendre au vu des décisions adoptées par les administrations du gouvernement social démocrate de G. Shroder. Pas même Merkel pour initier la fonction d'Etat Maquereau

En tout cas les chômeuses d'allemagne ne sont pas mieux considérées que chez nous - il aura fallu le gouvernement Sarkozy pour que Pôle emploi s'adapte à ses nouvelles missions. Mais il est vrai qu'au regard de la carrière de l'épouse du Résident de l'Elysée, Carla Bruni, un emploi de strep-teaseuse ne pouvait être considéré comme dégradant.

En conclusion, au fronton des bordels, de Pôle Emploi comme du Conseil général du Rhône pourra figurer la devise toute germanique des camps de travail et de concentration : "Arbeit macht frei". L'économie "vert de gris" de l'Union européenne.

 
"Une serveuse de 25 ans qui a refusé un emploi offrant des services sexuels "'' dans un bordel de Berlin fait face à d'éventuelles réductions à son allocation de chômage en vertu des lois introduites cette année. ...
En vertu de réformes sociales de l'Allemagne, une femme de moins de 55 qui a été sans emploi pendant plus d'un an peut être forcée à prendre un emploi disponible - y compris dans l'industrie du sexe - ou perdre son allocation de chômage. Le mois dernier, le chômage allemand a augmenté pour la 11e mois consécutif à 4,5 millions d'euros, en prenant le nombre de travaux à son plus haut depuis la réunification en 1990. ...
Le gouvernement avait envisagé de faire une exception bordels pour des raisons morales, mais il a décidé qu'il serait trop difficile de les distinguer des bars. En conséquence, les centres d'emploi doit traiter les employeurs à la recherche d'une prostituée de la même manière que ceux qui recherchent une infirmière dentaire. ...
"Il n'y a plus rien dans la loi pour empêcher les femmes d'être envoyé dans l'industrie du sexe», a déclaré Merchthild Garweg, un avocat de Hambourg qui se spécialise dans de tels cas. «Les nouveaux règlements dire que le travail dans l'industrie du sexe n'est pas immoral plus, et donc des emplois ne peut pas être refusée sans risques et des avantages." The Telegraph 2005
Les chômeuses allemandes menacées de trottoir
"En Allemagne, avec la réforme Schröder en vigueur depuis janvier, les chômeurs de longue durée sont tenus d’accepter n’importe quelle offre d’emploi proposée par l’Agence fédérale pour l’emploi (BA) En cas de refus, le chômeur s’expose à une perte de son allocation. « Tout emploi est acceptable », martèle le ministre de l’Emploi. Le hic, c’est que la prostitution a été légalisée en 2002. « Vendeuse de charme » est donc un métier comme les autres, et la presse a révélé récemment plusieurs cas de femmes aiguillées par le BA vers des établissements de charme dont les annonces étaient ambiguës. « Nous payons nos cotisations sociales, il est donc normal qu’on profite aussi des services de l’agence pour l’emploi pour trouver du personnel », a revendiqué la Fédération allemande des métiers du sexe, citée par le Matin de Genève. Juridiquement, les chômeuses allemandes peuvent donc être tenues d’accepter ces emplois inhumains, ou alors éjectées de l’assurance chômage, pour les avoir refusés. De quoi alléger les statistiques du chômage." L'Humanité 2005
 
Et sinon, pour votre dignité, pour la dignité de vos femmes, de vos filles et même donc de vos mères vous devez résister !
 CGT PEP 20.07.12 Travail obligatoire RSA
   

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article