Un procureur fictif au procès des emplois de J. Chirac ?

Publié le par DAN

Une crise morale et financière.

Quand Sarkozy annonce un calendrier à Mahmoud Abbas a-t-il eu l'information que "deux de ses proches"étaient placés en garde à vue dans l'affaire Karachi, en tout cas ce n'était pas là une information de nature à convaincre les Palestiniens du sérieux de la proposition - revenez dans trente ans quand l'extension des colonies aura réglé le problème du logement des juifs en Palestine.

En réalité cette actualité vient nous confirmer l'existence d'une faille spatio-temporelle dans le continuum espace-temps de "notre république" - quelques emprunts à des séries B devraient rendre le scénario plus crédible.

Il est vrai que sinon le procès de Jacques Chirac apparaîtrait comme une bouffonnerie à l'égal de cette autre décision de cour d'appel de Paris sur l'innocuité du nuage de Tchernobyl. La vérité judiciaire n'est pas du monde de la réalité, cela même DSK pourrait en convenir en agitant ce rapport d'un autre procureur que lui même réécrit et commente chaque soir à quelques "journalistes".

La réalité n'existe pas, la notre tout du moins, pour une classe politique assez satisfaite et de n'avoir donc d'autres soucis que de sauver le système.

Au fond, le tribunal, qu'il suive ou non les recommandations du procureur, se taire, ne pouvait répondre à la seule question restée sans réponse sur les emplois fictifs, Jacques Chirac a-t-il été président de la République ?   

  snoopyberet

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article