TOTAL blanchiment dans l'affaire Erika et la marée noire de Bretagne ?

Publié le par DAN

 TOTAL Blanchiment (II)

Je ne prendrais pas la peine d'un long commentaire tant l'injustice qui conduirait TOTAL a obtenir le remboursement des indemnités de préjudice obtenues par les collectivités de Bretagne soulève d'indignation, l'information suffit également à rendre compréhensible la nationalisation-confiscation du groupe pétrolier qui autrement nous rançonne, car bénéficiant d'un quasi monopole, sur le prix des carburants au profit des ces fainéants d'actionnaires.

Sans doute nous sommes nous accoutumé avec l'Union européenne à voir l'intérêt national et celui des citoyens violés sans vergogne (Ogm, privatisation des semences, délocalisations, spéculations, ..), et aujourd'hui l'impunité de compagnies qui viennent naufrager leurs épaves sur nos côtes, accoutumé ? enfin pas sur ce blog. La coupe est pleine ?

 
Une réaction bien modérée ..
"L'avocat général de la Cour de Cassation a demandé l'annulation de toute la procédure judiciaire portant sur le naufrage de l’Erika en 1999, estimant que la justice française n'était pas compétente dans cette affaire. Si la décision pourrait se comprendre juridiquement, elle reste moralement choquante.
L’Erika, bâteau navigant sous le pavillon de complaisance maltais, n’était pas dans les eaux territoriales françaises au moment du naufrage. Mais est-il normal que Total cherche à faire des bénéfices en affrétant sciemment des navires hors d’âges, jouant ainsi avec la préservation de l’environnement ?
Il est temps de permettre à l’Etat de disposer d’un droit de regard sur les activités de cette société, qui dispose de fait d’un monopole en France pour les activités pétrolières, en acquérant une minorité de blocage dans la société. C’est la seule façon de rétablir une vision à long terme compatible avec l’intérêt général à la tête de cette entreprise." Nicolas Dupont-Aignan 6 Avril 2012 
TOTAL Blanchiment (I) 
 

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article