Suicides, mode d'emploi ? - les nouveaux managements -

Publié le par DAN

Au fil des ans la liste s'allonge des salariés tués par les politiques mises en oeuvre dans leurs entreprises. Des noms autrefois prestigieux défilent, Orange France Telecom, Renault, La Poste, la Caisse d'Epargne, .. sans que les actions "de prévention" ne permettent de mettre en cause les politiques coupables des dirigeants.

Après la folle équipée des espions supposés à la direction du groupe, c'est le statut quo chez Renault, les actionnaires sont satisfaits. Rien n'est dit de la faillite du management des hommes. Les suicides sont également devenus une variable de gestion et l'on cherche à depister les faiblesses humaines pour développer mieux encore les résultats, c'est ce que l'on peut lire des nombreux accords de prévention du "stress".

Enfin en faisant le projet de mettre sous tutelle des directions d'entreprise la Medecine du Travail, ce sont des moyens considérables que Sarkozy et le Medef mettent en oeuvre pour établir le silence sur ces politiques désastreuses. 

Sante---Travail-Avril-2011.jpg

 

(en kiosque)

"Relevé dans la presse en 2007 : « Trois salariés du Technocentre de Guyancourt se sont déjà donné la mort depuis octobre 2006. Le premier de ces suicides a été confirmé en septembre 2007 comme accident du travail par la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) des Hauts-de-Seine »

Aujourd’hui, jeudi 19 mai 2011, le Groupe RENAULT est condamné en appel.

La cour d'appel de Versailles a reconnu la responsabilité civile de Renault dans le suicide d'un ingénieur en informatique, âgé de 39 ans, père d’un petit garçon de 11 ans, qui s'était en 2006 jeté du cinquième étage du bâtiment principal du Technocentre de Guyancourt, dans les Yvelines." LePost

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article