Sommet pour l'emploi - Qu'allaient ils faire dans cette galère ?

Publié le par DAN

Laurence PARISOT à propos de la perte du triple A relevait "le manque de flexibilité du marché du travail"traçant la feuille de route du Palais de L'Elysée. Une opportunité offerte par les Agences de notation au représentant de la Génération Fouquet's pour accélérer encore les dérégulations. Voilà qui rendait bien inutile la participation à un sommet dont les motifs clientèlistes et électoralistes fondent une"légitimité" douteuse.

Aussi la participation des fonctionnaires syndicaux, leur acceptation d'une invitation à un dîner de gala du Medef dont le menu serait la dépouille du mouvement social, devait susciter interrogations et indignation, ici du syndicat des chômeurs et précaires du Rhône.

Le texte de ce communiqué exprimant un consensus, je dois regretter l'absence de référence à un syndicalisme de lutte des classes, absence qui souligne les retards pris par les syndicats salariés dans la guerre des classes conduite par le Medef et le Palais de l'Elysée. 

Absence de référence à la lutte des classes qui se traduit encore par le manque de perspectives en ces temps de chaos économique et social.    

 

Sommet pour l'emploi :

un communiqué des chômeurs rebelles CGT (Rhône).

CGT-PEP-18.01.12-Sommet-emploi.jpg
   

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article