Sarkozy avocat du groupe Servier, les affaires reprennent.

Publié le par DAN

 

SI VOUS AVEZ RATE L'AFFAIRE KARACHI ..
"Une note confidentielle de l'Unocam révèle que le Mediator, ce médicament utilisé comme coupe-faim qui a fait de 500 à 2.000 morts, a coûté 423 millions d'euros en dix ans à la Sécurité sociale et aux complémentaires santé, annonce Aujourd'hui en France." Romandie News 24/12/10
Joyeux Noel

Il est évident que la face du capitalisme n'en sera pas changée, 500 à 2000 morts, moins sans doute que l'affaire du sang contaminé, moins qu'une canicule estivale, un détail.

Ainsi Janvier 2009 alors que l'on s'apprete enfin à retirer le "médicament", Nicolas Sarkozy, l'avocat d'affaire devenu "président" de la république, distribue la Légion d'Honneur à son ancien client.

Hors, le Médiator est interdit aux Etats Unis dès 1997 après une première alerte donnée par la presse Britanique, l'avocat ne pouvait l'ignorer, le président non plus. 

Ainsi le goût du fric l'emporte de loin sur l'intérêt général mettant la population en insécurité sanitaire. Car que nous cache-t-on encore ?

Une première conclusion devrait s'imposer aux amis de la démocratie, l'impérieuse necessité d'interdire à certains professionnels l'accès aux plus hautes fonctions publiques, une facon de rétablir l'éthique et d'écarter les conflits d'intérêt.

 

Aux morts viennent encore s'ajouter les millions d'euros remboursés au laboratoire Sévrier par l'assurance maladie ou les mutuelles - ces sommes que l'on sait aujourd'hui injustifiées ne seront pas même portées au remboursement du déficit de la sécurité sociale.

Comme déjà souligné sur mon blog le sauvetage de la Sécurité sociale necessitera de s'interesser davantage à l'industrie pharmaceutique.

 

  


 

L'assurance maladie fait face à Nabot-le-rabot (déremboursement)

 

Mobilisation chez Sanofi-Aventis contre les plans de licenciement.

 

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx 
 

"- ... En 1987, il créé son cabinet en s'associant avec deux autres avocats Arnaud Claude et Michel Leibovici. A ce moment là, Nicolas Sarkozy conseille Jacques Servier en "matière de droits des associés et droit de l'immobilier", mais également en matière fiscale. But de la manoeuvre, selon Libération: "Eviter de payer des impôts".  

Fin 1990, le laboratoire fait appel à l'avocat d'affaires Nicolas Sarkozy au sujet de "son projet de créer une fondation". Celle-ci voit le jour en 1998, grâce à laquelle il transfère le capital de sa société pour garantir son indépendance future et préparer sa succession. Il s'agit surtout d'écarter "la menace d'OPA" sur son laboratoire.  

Après plus de 18 ans d'étroite collaboration, il était bien normal que le chef de l'Etat remercie son "client historique". Membre du Premier Cercle de donateurs de l'UMP, Jacques Servier a été décoré par Nicolas Sarkozy en janvier 2009 de la grand-croix de la Légion d'honneur.

"La Nation vous est reconnaissante de ce que vous faites"

A cette occasion, le président de la République ne tarissait pas d'éloge: "Vous vous êtes battu toute votre vie pour soulager et pour guérir, pour proposer aux médecins et à leurs patients des médicaments efficaces. [...] La Nation vous est reconnaissante de ce que vous faites", s'était-il extasié lors de la cérémonie selon une information publiée par les Inrocks. 

Mis en cause dans ce qui ressemble de plus en plus à un scandale sanitaire, le père du Mediator nie toute responsabilité de sa société et va même jusqu'à imaginer un complot contre Nicolas Sarkozy: "Il y a peut-être l'idée d'embêter le gouvernement", rapporte ainsi Le Post.fr.  

Si le chef de l'Etat souhaite la "transparence la plus totale" sur l'affaire Mediator, comme il l'a affirmé mercredi 22, ses liens avec Jacques Servier suscitent de multiples interrogations.  

Le président de la République aurait-il encore un rapport avec les laboratoires Servier? L'EXPRESS.fr a contacté son ancien cabinet, rebaptisé Arnaud Claude & Associés pour savoir si Jacques Servier était encore un de leurs clients. Le cabinet n'a pas souhaité répondre, affirmant qu'il s'agissait d'informations "confidentielles". S'il a mis sa carrière d'avocat entre parenthèses depuis son entrée au ministère de l'Intérieur en 2002, Nicolas Sarkozy possède encore 34% des parts du cabinet qu'il a cofondé.-" 

L'Express 23/12/10

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article