SANTE - Une chercheuse refuse la Légion d'Honneur (Juillet 2012)

Publié le par DAN

 
NUCLEAIRE---Sous-traitance-securite-sante.jpg
 
Santé et déterioration des conditions de travail.          
 

L'actualité du pillage de nos industries ("la crise") permet aussi de passer sous silence la dégradation des conditions de travail, mais sans doute faut il voir là encore un effet du programme "Surexploitation" mis en oeuvre par Berlin et l'Union européenne.

Lors d'un accident du travail survenu ce mois de Juillet à la SNCF (Woippy) un ouvrier âgé de 55 ans qui travaillait de nuit a trouvé la mort, précédemment au même poste c'était un cheminot de 62 ans qui avait les membres sectionnés tandis qu'au Grand Lyon un agent du service entretien harcelé par sa hiérarchie se suicidait.

Nous devons donc avoir d'autres objectifs que de "sauver l'euro, sauver l'Union européenne" et enrichir plus encore les banquiers et les Grands de ce monde, leurs larbins. Nous devons déjà rétablir le programme du Conseil National de la Résistance (lire) pour être utile à l'Europe des peuples.       

 

"Dans une lettre adressée à la ministre, rendue publique samedi, Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, demande à la ministre d'intervenir pour "la remise en cause de l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".

"Je ne fais pas ce geste contre Mme Duflot", précise à l'AFP la présidente de l'association Henri Pézerat (santé, travail, environnement) qui déplore que la crise économique occulte la santé des travailleurs et les questions environnementales.

"Ma démarche se veut un appel à la mobilisation citoyenne, mais aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité", écrit-elle en accompagnement de sa lettre à la ministre datée du 31 juillet.

"Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail (...), le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l'accumulation des impasses environnementales, en matière d'amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques..."

.. Des politiques publiques doivent devenir le rempart à la mise en danger délibérée d'autrui, y compris en matière pénale", dit-elle dans sa lettre à Mme Duflot."
20Minutes 4 Aout 2012

   

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article