Salon des candidatures et rétrospective agricole (voir plus loin que le cul des vaches).

Publié le par DAN

La nostalgie de la France paysanne.
 
"François Hollande a indiqué que la France perdait une exploitation agricole toutes les deux heures (soit 12 par jour). Il s'est en fait légèrement emmêlé dans les chiffres : c'est en fait deux exploitations agricoles qui disparaissent par heure (soit 48 par jour).
Selon les chiffres de l'Insee, il y avait en effet 660 000 exploitations agricoles en 2000. En 2010, il y en avait seulement 486 000 -les statistiques pour 2011 ne sont pas encore disponibles." TF1 27/02/12 
Avec l'annonce du Printemps, le salon de l'agriculture est il encore capable de mettre un peu d'oxygène dans une campagne électorale qui ressemble toujours plus au théâtre de Guignol, désuet. Ou bien de ce théâtre désuet serait il le point d'orgue ?
Je vous épargnerais le fastidieux catalogue des candidats, de Jean Luc Mélenchon à Marine Le Pen .. il faut de la vertu pour vivre en "république", .. mais quand même. Je ne retiendrais que le sondage qui fait de Nicolas Sarkozy le meilleur palpeur du cul des vaches, le plus populaire parmi les agriculteurs, et je n'insisterais pas davantage sur les candidats qui n'auront pas remarqué la disparition de la France paysanneau seuil des années 70. Nostalgiques de leurs nostalgies anciennes, de Jean Ferrat, pour les meilleurs, ou du Maréchal pour le pire. A moins de vouloir célébrer les néo-ruraux et la France des 4x4 ? Dans une confusion où se confond l'écologie, la chasse, l'europe et notre Maréchal donc, le retour à la terre sous l'égide pétrolifère. 
"Sur les 6 milliards d’êtres humains qui peuplent notre planète ; 1,3 milliards sont directement concernés par l’agriculture et 1 milliard travaillent la terre avec les outils les plus rudimentaires. Depuis des millénaires, les paysans cultivent la terre à partir de semences qu’ils conservent d’une année sur l’autre ; les réutilisant et les échangeant afin d’améliorer leur récolte. C’est ainsi qu’ils ont toujours procédé pour répondre aux besoins alimentaires.

Aujourd’hui ces pratiques universelles et millénaires sont menacées par laprivatisation des ressources agricoles et en particulier par les brevets qui sont déposés sur les semences élaborées par quelques firmes. Au fur et à mesure que ces semences brevetées gagnent du terrain, les paysans deviennent économiquement dépendants de ces firmes. Et leurs agricultures s’uniformisent.

La question des brevets sur les semences s’inscrit dans la problématique plus générale de la brevetabilité des organismes vivants (animal ou végétal). La semence, en tant que premier maillon de la chaîne alimentaire, doit être protégée, car si les paysans viennent à en perdre le contrôle, c’est toute la production agricole qui passera aux mains de quelques firmes. Les paysans n’auront alors d’autre choix que de se soumettre." Les Amis de la Terre, Dossier extraits.

Je ne sais pas ce qui de la diffusion des OGM ou de la privatisation des semences agricoles a le plus contribué au succès de Nicolas Sarkozy auprès des agriculteurs,
"Greenpeace s’oppose à la dissémination d’organismes génétiquement modifiés (OGM)dans l’environnement (qu’ils soient issus de cultures ou d’animaux) au nom du principe de précaution. De plus, nous sommes contre le brevetage des plantes, des animaux, des êtres humains et des gènes. La vie n’est pas une marchandise.
L’ingénierie génétique consiste à manipuler des gènes pour créer de nouvelles plantes, de nouveaux animaux et de nouveaux microorganismes. Les sociétés multinationales mettent sur le marché des semences OGM qui s’étendent sur des milliers d’hectares: elles mènent des expériences génétiques de taille, imprévisibles, voire irréversibles.
Depuis 1996, on trouve des aliments à base d’OGM dans les épiceries, mais aucun test indépendant n’a été effectué pour connaître leurs effets à long terme sur la santé humaine et l’environnement. Pourtant, le développement d’une résistance aux antibiotiques, des réactions allergiques, des modifications nutritionnelles et la création de toxines font partie des risques sanitaires potentiels. Les cultures d’OGM menacent aussi la diversité des plantes et des écosystèmes, laquelle est essentielle à la sécurité alimentaire." Geenpeace
Mais ce sont peut être davantage les politiques agricoles "communes" ou encore l'augmentation du nombre des "sans papiers" pour les "moissons agricoles", sur ce dernier point, partisans et adversaires de l'immigration, Mélenchon et Le Pen, seront peut être plus disert à ce salon.  

 

San-Papier - L'Orient le Jour

Illustration extraite de "L'Orient le Jour" 

"Avant de pouvoir obtenir un permis de séjour et de travail en France, les sans-papiers algériens que nous avons suivis dans la Drôme entre 2001 et 2004 cumulent plusieurs activités dans des secteurs diversifiés, parmi lesquels l’agriculture joue un rôle pivot. L’emploi agricole est pour eux une étape indispensable dans une trajectoire qui vise une stabilisation juridique et économique. Cette activité, saisonnière mais néanmoins régulière, constitue une porte d’entrée dans l’emploi, une base arrière et un refugeoù ils n’entendent toutefois pas « faire carrière ». Les parcours de ces sans-papiers s’inscrivent dans le cadre du développement de l’informalisation du travail en France et permettent de prendre la mesure des effets de cette informalisation sur les rapports sociaux, dans le travail et hors du travail." Cairn Info, extrait.
Pour le reste on comprend bien que ces politiques européennes ne cherchent qu'au développement de l'agro-industrie qui rend les campagnes non moins dangereuses que nos zones industrielles.  

"27 Avril 2004 - Ce céréalier Charentais reçoit au visage, en ouvrant une cuve, des vapeurs de Lasso, un puissant désherbant produit par Monsanto. Nausée, évanouissements puis bégaiements, vertiges, maux de tête...Paul François, en prise à de multiples troubles suite à cette inhalation est contraint d'arrêter son activité pendant près d'un an. Aujourd'hui âgé de 47 ans et invalide à 50%, Paul François ne travaille qu'à mi-temps. Des maux de tête tenaces et des fatigues chroniques l'empêchant de reprendre pleinement son activité.

En mai 2005, un an après avoir respiré le désherbant, les analyses de l'agriculteur relevaient encore des traces d'un solvant, le monochlorobenzène, présent dans le Lasso. En 2008, la Mutualité Sociale Agricole reconnaît les troubles de Paul François comme maladie professionnelle. Il décide alors de lancer une procédure en responsabilité civile contre Monsanto." La Vie 13/02/12 Extraits 

Pour comprendre la popularité de Nicolas Sarkozy chez les agriculteurs, il ne reste donc qu'à imaginer les conséquences d'une sélection naturelle, pratique connue des éleveurs, et qui ne désigne plus seulement la diminution du nombre des exploitations agricoles ou des terres exploitées, les agriculteurs les plus fragiles se seront suicidés - ils ne pouvaient pas tous devenir députés européens non plus !
"Seule certitude, le taux de suicide chez les exploitants agricoles est trois fois plus élevé que chez les cadres. C'est la conclusion de la seule enquête officielle qui renseigne sur les suicides d'agriculteurs, réalisée par l'Institut de veille sanitaire (INVS), publiée en 2010 dans la Revue d'épidémiologie et de santé publique. "Nous avons analysé les causes de décès par secteur d'activité de 1968 à 1999", détailleChristine Cohidon, médecin épidémiologiste à l'INVS. Une nouvelle étude est envisagée entre l'INVS et la MSA pour affiner les données." Le Monde 25/01/11 Extrait. 

Désolé si certains considèrent que ce billet n'est qu'un ramassis de vacheries, à chacun son salon, le mien se donne pour tâche de vous inciter à découvrir tous les aspects de la désertification des campagnes,aussi problématique que la désindustrialisation mais toujours au service de quelques gros spéculateurs.

Quand à ce qui est de cette agriculture de salon, soyons persuadé qu'aucun de ces quelques problèmes actuels ne sera abordé par les candidats à la présidence de cette république, un accent de conformité

NS punk

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article