Retraites : les députés favorables à la généralisation du régime des parlementaires ! (radio Gadin)

Publié le par DAN

Revienne le temps des coups de pieds aux culs ! 

"Les députés commencent mardi 20 juillet, pour trois jours, l'examen en commission du projet de loi sur les retraites présenté le 13 juillet en conseil des ministres. Une procédure extrêmement rapide, alors que la session parlementaire est close depuis le 13 juillet, pour ce texte considéré comme un enjeu majeur de la fin de la législature. La discussion dans l'Hémicycle s'engagera dès le 6 septembre, à la reprise des travaux du Parlement". Le Monde 20/07/10

 Que dire de ce ramassis "d'ayants (tous les) droits" que n'ont déjà exprimés tant d'internautes et de citoyens, - quand du haut de leurs privilèges ces "parlementaires" confectionnent les lois d'austérité pour le petit peuple et les avantages des "grands", des "gros", de ceux qui meriteraient parfois une coupe chez la veuve.

Mais ils savent que leurs privilèges c'est notre austérité, l'argent grapillé de taxes en impôts divers, de cette CSG dont ils s'exonèrent volontiers, des ces "journées de solidarité" qui laissent les vieux sans ressource car l'euro est volatil et les cigares si onéreux.

Alors au moins donnons à ces lois le nom de la genereuse donatrice sans qui l'épopée sarkosienne eut été peut être impossible, les lois Bettencourt, parce que peut être par manque de combativité, vous le méritez bien ?

Rendez vous le 7 Septembre dans la rue contre les lois bettencourt.   

Depuis 2003, députés et sénateurs ont fixé l'âge de leur retraite à 60 ans, contre respectivement 55 et 53 ans auparavant. Mais le montant de leur pension reste très avantageux au vu de la durée de leur cotisation. Ils ont en effet la possibilité de cotiser double pendant quinze ans et un seul mandat de cinq ans pour un député ou de six ans pour un sénateur ouvre droit à une retraite conséquente.

Ainsi, un député qui cotisera chaque mois environ 1.250 euros pendant cinq ans, aura droit à une retraite de 1.500 euros par mois à partir de ses 60 ans. Avec un deuxième mandat, le montant de sa pension double. De son côté, le Sénat a calculé que la pension brute moyenne d'un ancien sénateur se situait en 2007 à 3.295 euros par mois. En cas de décès, la pension est reversée au conjoint veuf ou aux orphelins mineurs.

Nombre de cotisants : 900

Nombre de retraités : 4.600

tiers--tat-fardeau-des-privil-ges.gif

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article