Referendum et monarchie constitutionnelle au Maroc - Printemps arabe ou révolution monarchiste permanente ?

Publié le par DAN

Mohammed VI et la révolution monarchiste permanente.

Il est sans doute abusif de rattacher le référendum qui voit naître une monarchie constitutionnelle et parlementaire au Maroc à ce printemps arabequi peine sur le chemin de la démocratie. Cela pour une évidente raison que ce référendum est une étape nouvelle et décisive dans un mouvement de réformes que le Roi du Maroc avait initié aux premiers jours de son règne. Plus encore doit on considérer que cette étape n'est pas inscrite par un Roi affaibli sous les feux de la contestation - bien que sans doute il est trouvé là les appuis nécessaires pour écarter les réserves des plus conservateurs - mais par une monarchie durablement renforcée par l'adhésion populaire dont témoigne les résultats.

Il serait donc vain d'essayer d'opposer le roi Mohammed VI à la jeune contestation qui invitait à l'abstention, celle-ci est le ferment nécessaire au succès des réformes en cours. Avec ce point de vue, nos amis de la CMI ne m'en voudront pas ainsi d'être critique à l'égard de leur communiqué, car cette différence d'appréciation porte au delà de la seule question marocaine.  

 
De nos correspondants au Maroc, nous apprenons que les premiers résultats du référendum organisé par SAR Mohammed VI sont connus.
S'ils affichent sans surprise une victoire du "OUI" qui était espérée et souhaitée par tous les amis de la monarchie marocaine, c'est son ampleur qui marquera les esprits.
Le taux de participation est en effet très élevé avec plus de 73% (contre une moyenne 52% pour les participations précédentes), preuve de l'extrême mobilisation du peuple marocain.
Et le "OUI" l'emporte avec près de 98,5%, parfaite illustration de la cohésion de ce même peuple marocain derrière son Roi, symbole d'unité nationale et populaire, du développement du Maroc sur un rythme qui lui est propre, et du respect des traditions nationales.
Ces derniers jours, les media occidentaux - et surtout français - avaient largement donné la parole à la poignée d'opposants qui obtient moins de 2% des suffrages, accréditant la thèse fausse et mensongère d'une monarchie contestée et d'un Roi coupé d'une partie non négligeable de son peuple.
Le peuple marocain a désormais parlé, haut et fort. La monarchie chérifienne sort renforcée de ce scrutin, la légitimité de SAR Mohammed VI est intacte et incontestable.
La Conférence Monarchiste Internationale (CMI) se réjouit de ce résultat sans appel et s'associe à la joie du peuple marocain uni derrière son Roi.
Sylvain ROUSSILLON
Secrétaire Général de la CMI
 
 
JUILLET 2009 Mohammed VI - Dix ans de rêgne et de réformes.
 MARS 2011 Le Maroc s'éloigne de la France : Constitution et séparation des pouvoirs.

Publié dans MONDE Arabe

Commenter cet article