Quelques réflexions autour de l'élection présidentielle - Avril 2012.

Publié le par DAN

 
 

Marine Le Pen, une victoire des classes populaires ? 

 
" .. Et sur son blog, le député travailliste David Miliband, ancien ministre des Affaires étrangères de Gordon Brown, juge «frappant» le fait que «les votes combinés de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon soient supérieurs aussi bien aux scores de Hollande que de Sarkozy». Il y voit le signe que la «colère des électeurs n’a été pacifiée par aucune des réponses des partis principaux». .." Libération
 

A regarder l'étude sociologique sur la répartition des votes on doit constater que les populations modestes exprimeraient un vote favorable à la droite à plus de 50% si l'on pensait pouvoir additionner les votes Le Pen et Sarkozy. Mais ce serait là appliquer à ces votes une grille de lecture contestable qui ferait abstraction de la démarche même de l'électeur et que le député travailliste anglais résume bien, "un vote de colère".

Les candidats de l'establishment(a) n'ont de cesse de vouloir conforter cette véritable machine de guerre du libéralisme que sont l'Union européenne et l'Euro qu'il devient inopérant de vouloir distinguer entre une droite et une gauche comme il était d'usage aux siècles passés - l'électorat populaire, réduit à la misère et donc à l'insécurité, a choisi pour une part de marquer à nouveau la rupture avec les classes dominantes et avec les outils à sa disposition. La stabilité du vote en faveur des responsables successifs du Front National nous place en vérité au-delà de "la colère". 

J'ai déjà ici beaucoup critiqué Monsieur Mélenchon et l'impasse ou lui et certains responsables communistes qui font tribunes à "L'Huma"  voulaient entrainer le mouvement social et les syndicalistes, cherchant à faire diversion des problèmes réels avec des stratégies institutionnelles, nouvelle constitution, réforme de l'Union européenne, etc .. les citoyens ont su le comprendre qui là encore ont déjoué les prévisions de vote. Aussi contrairement à notre député travailliste je ne pense pas que là encore l'addition de Mélenchon et Le Pen soit pertinente.

Monsieur Mélenchon représentait sans doute le dernier espoir de sauver l'Union européenne, il exprimait les peurs et les espoirs de la petite bourgeoisie.

Faut il alors cautionner la stratégie du M'Pep qui fort de ses engagements contre le Traité de Lisbonne, contre l'Euro entend mener campagne aux législatives sur les terres du Front National ? Les résultats qu'il pourrait obtenir là seraient supercheries et actes de piraterie s'il ne parvenait pas simultanément à gagner le Front de Gauche à ses vues, à amener JL Mélenchon à se remettre en cause. Autant de défis irréalistes.

De même que j'ai soutenu à ma façon la campagne de Nicolas Dupont-Aignan, je continue d'observer la stratégie alambiquée du M'Pep ou comme ici encore le combat du député A. Gérin oeuvrant pour un redressement du Parti communiste, en espérant que le soucis manifesté par les uns et les autres pour notre peuple les amène à se rencontrer. Et autrement, force est de constater que les résultats électoraux de Marine Le Pen sont un des éléments qui expriment en force et en subversion, subversion y compris de valeurs auxquelles je reste attaché, la résistance populaire à l'Europe des banquiers et de l'oligarchie  

(a)  L’establishment (écrit parfois avec une majuscule si l'on veut personnaliser le mot) est un terme utilisé fréquemment dans un sens péjoratif, qui désigne une minorité sociale exerçant un fort contrôle sur l'ensemble de la société, en fonctionnant sur la base de pouvoirs établis. (Wiki)

 

 "Qui a voté pour qui ?"

"Chez les 18-24 ans, Hollande obtient 29% d'intentions de vote, Nicolas Sarkozy 25%, Marine Le Pen 21%. Le candidat socialiste obtient son moins bon résultat chez les retraités [...]
Marine Le Pen se retrouve en tête chez les ouvriers (30%), catégorie dans laquelle elle réalise sa meilleure performance, devançant de peu François Hollande (27%), Nicolas Sarkozy étant beaucoup plus loin (18%). Chez les employés, le candidat PS domine (28%, contre 24% à la présidente du Front National et 20% à Nicolas Sarkozy). [...]
Le candidat PS est aussi premier chez les chômeurs (28%, contre 21% à Nicolas Sarkozy et 20% à Marine Le Pen)." France Soir

 

La victoire de Marine Le Pen dans les banlieues. 

"Sans surprise (?) le candidat du Front de Gauche arrive en seconde position dans les municipalités ou anciennes municipalités communistes : Vaulx en Velin, Vénissieux, Saint-Fons, Pierre Bénite, Givors - .. mais jamais en tête.

Enfin, à Givors, Saint Fons et Vénissieux Marine Le Pen passe devant Nicolas Sarkozy, en troisième position, une position qu'elle tendrait donc à occuper dans presque tous les cas de figure. Les "succès" relatifs du Front de Gauche n'entameraient pas automatiquement l'assise électorale de Marine Le Pen dans les cités populaires." Lyon Royal 
 
"Le rêve d'un monde différent"

"J’appelle à voter François Hollande, le Tony Blair à la française sans hésitations (de deux maux, il faut choisir le moindre).

D’autant que le score historique de Marine le Pen sonne le tocsin pour toute la classe politique de gauche comme de droite. Il serait temps que l’ensemble de la gauche mette fin à la pratique la politique de l’autruche et arrête de casser le thermomètre. Une fracture abyssale s’est créée entre nos dirigeants et le peuple de France. A force de nier les réalités, nous avons actuellement un système politique qui est au bout du rouleau. Des millions de français sont abandonnés, n’ont pas d’avenir, en s’abstenant, font la grève des urnes ou en votant FN, se réfugient dans un vote néo-populiste et xénophobe.
La raison d’être du parti communiste est plus que jamais d’actualité pour reconquérir les classes populaires et le monde du travail, pour unir et rassembler l’ensemble de la population française.
L’union de la gauche héritée du programme commun de 1972, par Front de gauche interposé, n’a plus sa raison d’être. C’est une réponse du passé qui nous a déjà menés à de multiples échecs et déceptions ces 30 dernières années. Nous sommes dans une impasse politique qui deviendrait mortifère si le PCF venait à se fondre et se confondre dans le Front de gauche comme le propose Jean-Luc Mélenchon.
L’axe stratégique des communistes doit devenir l’union du peuple de France. Nous devons nous adresser au peuple tout entier, pour construire l’union et le rassemblement de la Nation française, dans sa diversité. Une époque s’ouvre pour construire une société nouvelle et un monde nouveau. Incarner le rêve d’un monde différent de celui du capitalisme prédateur et redéfinir la logique d’un projet du socialisme à la française, tels sont les défis qui sont posés pour l’avenir du PCF.
André GERIN"

   

Commenter cet article