Presidentielle, l'angoisse du vide : 14 juillet, binationalité et rêgle de sang chez les européistes.

Publié le par DAN

Dans l'Isoloir.

Pantins ? de les voir s'agiter ainsi sur la binationalité ceux qui ont comploté contre le vote populaire de 2005, ceux qui ont voté ou ne se sont pas opposé au Traité de Lisbonne, de les voir s'agiter ceux qui sont avant toute chose de Bruxelles, de l'Union européenne, j'ai la nausée.

Théatre du mensonge, du faux semblant, de la "rêgle d'or" concoctée à Bruxelles aux guerres de l'Empire (Afghanistan, Libye, ..), de la défense de l'euro qui ruine nos économies pour la plus grande richesse des financiers, des spéculateurs et l'austérité pour les populations modestes. Règles de sang payées de suicides, de précarité du logement et de l'emploi, du retour de la pauvreté extrème et du sang de jeunes soldats.

Honorer le serment des fédérés lyonnais de 1790 et d'abord chasser l'oligarchie européiste et réunir les Etats généraux, voilà le seul vrai débat que nous devons conduire.

L'oligarchie est étrangère !  

 

Marianne-metis-b.JPGFETE de la FEDERATION - LYON 1790. 

Le 30 mai 1790, la municipalité de Lyon organise une grande fête civique : les 28 bataillons de la garde nationale de Lyon et des délégations des départements voisins défilent et s'assemblent dans le « Grand-Camp », à l'extérieur de la ville dans la plaine des Brotteaux, où l'on a construit pour l'occasion un temple de la Concorde et un rocher surmonté par une statue de la liberté portant d'une main une pique surmontée du bonnet phrygien et de l'autre une branche d'olivier. Un vaste public est spectateur. Une messe est célébrée par le curé de la paroisse Saint-Georges, l'abbé Benoît-Nizier Servier. Le serment suivant est prononcé :

« Nous, députés des détachements des différentes gardes nationales rassemblées sous les murs de Lyon, pénétrés de l'importance de la mission sacrée qui nous a été confiée par nos commettants,

Jurons sur l'autel de la patrie, et en présence de l'Être suprême, de maintenir de tout notre pouvoir la Constitution du royaume, d'être fidèles à la nation, à la loi et au roi, d'exécuter et de faire exécuter les décrets de l'Assemblée nationale, sanctionnés ou acceptés par le roi.

Nous jurons d'être inviolablement attachés a ce grand principe de la liberté individuelle, de protéger les propriétés particulières et les propriétés déclarées nationales, d'assurer la perception de tous les impôts ordonnés pour le maintien de la force publique, d'entretenir la libre circulation des subsistances dans toute l'étendue du royaume, de maintenir, partout où nous serons appelés, l'ordre et l'harmonie, sans lesquels les sociétés se détruisent au lieu de se perpétuer.

Nous jurons enfin de regarder comme ennemis irréconciliables tous ceux qui tenteraient de porter atteinte à la nouvelle Constitution ; et nous reposant avec confiance sur la Providence qui soutient notre patriotisme, nous promettons de sacrifier nos fortunes et nos vies pour conserver à nos descendants cette liberté après laquelle nous soupirions depuis si longtemps. »

 

[Source Wikipedia]

   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article