Nicolas Lepen président ? - Une menace sur la république.

Publié le par DAN


Contre l'abstention et le vote nul.
          
Valérie "Rosso-bruno"

Iznogoud-sarkozy.jpgJe ne prendrais comme exemple de ce qui nous menace les attaques contre l'élue lyonnaise Najat Vallaud-Belkacem. Comprenez bien que si "notre" élue a réfuté son appartenance à un quelconque "Conseil" Marocain, comme une rumeur persistante l'assurait et donc une responsable de l'UMP - Valérie Rosso-Debord - lui en faisait le reproche, je regrette quand à moi ce démenti.

A voir comment le Roi du Maroc sait faire évoluer son pays au milieu des périls l'expérience pouvait nous être précieuse. Xénophobie et incompréhension du rôle irremplaçable que pourrait aussi avoir pour nous l'immigration quand les relations internationales ne se borne pas à cirer les pompes d'Obama ou de Merkel. Sans même espérer de Madame Vallaud-Belkacem qu'elle nous enseigne une leçon de monarchisme.  

Le "Retour" de Charles Millon.          

Aujourd'hui cependant le danger est d'une autre nature qu'en 2002 quand une droite républicaine menée par Jacques Chirac et Villepin, une droite aujourd'hui destructurée, faisait face au Front National.

Sur Rhône Alpes on se souvient encore de l'apport décisif du vote centriste pour chasser Charles Millon et le Front National des instances de la Région Rhône Alpes après qu'ils aient été exclus de l'UDF. Mais, comme la droite républicaine, les centristes  apparaissent aujourd'hui autant désorganisés que désorientés.

"L'UDF se divise lors des élections régionales de 1998 sur la question des alliances avec le Front national (FN, parti d'extrême-droite), François Bayrou condamnant celles-ci tandis qu'Alain Madelin les soutient. Ne disposant pas de la majorité absolue pour diriger l'exécutif, Millon accepte les voix du FN, soulevant les critiques des élus de gauche mais aussi d'élus de droite, et remporte ainsi la présidence du conseil régional de Rhône-Alpes, de même que l'ensemble des vice-présidences de commission. Charles Millon, Jacques Blanc et Charles Baur, tous élus avec les voix du FN, sont alors exclus de l'UDF. Tandis que Madelin et la plupart des personnalités UDF élues avec les voix de l'extrême-droite rejoignent le nouveau parti, « Démocratie libérale », Millon fonde « La Droite »." (WIKI - extrait)
La banalisation du mal.          

Aujourd'hui parce que le Président encore en exerciceIznogoud sarkozyson gouvernement, multiplient les appels au Front National et empruntent au pire de son programme - mais non pas en reprenant la dénonciation de l'Europe libérale, la condamnation des délocalisations, la destructuration des services publics de proximité, .. des emprunts au programme du Front National qui en rien ont mobilisé le vote populaire sinon la dénonciation d'une immigration encouragée pendant cinq ans par le Medef et l'Ump, la dénonciation d'une insécurité encouragée par la baisse des effectifs de police, d'une police paralysée par des objectifs de communication.

Aujourd'hui nous sommes de nouveau confronté à la banalisation du mal. Vidant de leurs contenus y compris les symboles les plus précieux de notre histoire commune, des Glières ou du gaullisme, Nicolas Sarkozy poursuit sous les couleurs de l'Union européenne, inlassablement, le même objectif, détruire l'héritage de la Résistance, l'héritage de notre démocratie sociale, la solidarité nationale.    


Déjà

publié

sur ce

Blog 

Ou est le danger fasciste que nous devons combattre ? une leçon sur l'insurrection bourgeoise. 

Prendre l'un pour dégager l'autre ! - L'appel du M'Pep à voter contre Sarkozy le 6 Mai

   

SUR

la

TOILE

"Mohamed VI expliqué aux nuls" Jeune Afrique

 

Commenter cet article