Lyon - Réquisition de logements et logement d'urgence des populations européennes.

Publié le par DAN

Décidement si l'on devait attendre des décisions de la Commission européenne ou même de députés européens pour loger les populations européennes à la rue .. heureusement il y a les immeubles vides du "Gras Lyon"(a)!

Et puis aussi des associations qui agissent sans attendre .. 2012, un peu comme la grève générale qui avait anticipé la victoire électorale de 1936. Mais pour l'heure restons prudent.

Ici donc un immeuble à l'angle des rues Montesquieu et Sébastien Gryphe (Lyon 7°) dans le quartier de la Guill'.


(a) Ironiquement désigné dans la presse "Grand Lyon", la communauté de communes qui devrait se dissoudre dans le Département, seule communauté territoriale démocratiquement élue.

. NB L'ancien directeur de "Forum réfugiés" a déclaré des Rroms "qu'il s'asseyait dessus" [je résume] ; depuis "Forum" il est devenu "vice" quelque chose (petite chose) du "Gros Lyon". Les socialistes ne devraient décidement pas abuser de l'expression "vice" qui peut désormais preter à confusion. 

 

Les flics sont passés une pre­mière fois. Une qua­ran­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes pour sou­te­nir. Un agent de la ville de Lyon devrait passer demain pour véri­fier la salu­brité des lieux.

FACE AUX EXPULSIONS : RÉQUISITIONS !

Lorsqu’on parle de la dif­fi­culté et du danger de vivre sans toit, on nous répond plan froid, ouver­ture de gym­na­ses... Lorsqu’on demande des lieux de vie, on nous parle d’héber­ge­ment d’urgence, de foyers...

Lorsqu’on parle de per­son­nes à la rue, l’hiver on compte le nombre de morts et l’été on passe sous silence le nombre d’expul­sions.

Les pou­voirs publics ne consi­dè­rent les per­son­nes à la rue que sous l’angle de la survie. Nous par­lons de dignité, de décence, de droit à l’inti­mité. Nous refu­sons de réduire le pro­blème du loge­ment à des lieux de survie pen­dant les trois mois d’hiver, nous deman­dons des lieux de vie, des loge­ments pour tous, où indi­vi­dus et famil­les peu­vent se cons­truire plus serei­ne­ment.

NOUS RÉCLAMONS UN « CHEZ SOI » POUR CHACUN, ÉTÉ COMME HIVER !

La crise du loge­ment n’a mal­heu­reu­se­ment pas calmé la spé­cu­la­tion immo­bi­lière. On peut aujourd’hui comp­ter des mil­liers de loge­ments lais­sés vides à Lyon et autant de per­son­nes à la rue.

L’équation paraît simple. La ville de Lyon ne veut pas la voir.

FACE À L’ABSENCE DE RÉACTION DES POUVOIRS PUBLICS, NOUS NE VOYONS PLUS QU’UNE SOLUTION : LA RÉQUISITION.

Nous accueille­rons donc, dès aujourd’hui des famil­les sans domi­cile. Nous deman­dons leur relo­ge­ment sans condi­tion ainsi que l’arrêt des expul­sions.

Signataires : Demeurant Partout, Fédération du Rhône LDH, Jeudi Noir, Réseau soli­da­rité loge­ment, FSE Lyon, CLASS..

  [Source REBELLYON]

Publié dans SOCIAL Lyon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article