LYON. Destruction des quartiers populaires, Place du Pont, la Guill', rue Paul Bert ..

Publié le par DAN

 
 Panneau entree
 

Pradel, Noir et maintenant Gérard Collomb, la longue liste des maires qui auront défiguré Lyon et aussi pour Gérard Collomb dilapider son patrimoine historique pour financer des manifestations à la gloire de quelques figures lyonnaises du fascisme, les frères Lumière.

Quand je dis défigurer je ne parle pas seulement d'architecture mais encore de destruction des quartiers populaires pour faire de Lyon un nouveau Bobo-land. Après avoir laisser pourrir l'habitat livré à l'abandon par ses soins, Gérard Collomb décrète l'insalubrité et la destruction d'immeubles de la Place du Pont. Agissant comme un quelconque propriétaire cédant à la spéculation immobilière, ce socialiste là, ce franc-maçon là est le pire ennemi qu'aient connu les classes populaires à Lyon.

Ce qu'il y a de pire encore, de pouvoir neutraliser cette "gauche" qui voit arriver l'échéance de 2014, est prête à tout avaler pour assurer le renouvellement de ses sinécures au Conseil municipal, au Grand Lyon et désormais aussi à Lyon Métropole et encore dans les associations et sociétés d'économie mixte à la gestion desquelles le Collomb a pris soin d'associer "l'opposition". 

C'est donc au pouvoir d'un autocrate que plus rien ne contrôle qu'est livré Lyon. Je vous le dis, Gérard Collomb a la rage !

 Place-du-Pont---G-Peri.jpg
"Pour Marie-France Antona, présidente du Comité d'habitants et de commerçants du Quartier Moncey, c'est une aberration. "Un projet flou, coûteux, inefficace et dangereux", selon elle. "Surtout que nous n'avons jamais été consultés à ce propos !". La présidente défend l'intérêt patrimonial que représentent ces immeubles, construits en 1826 par l'architecte lyonnais Frédéric Hotelard. Mais aussi les commerces qui font partie de l'histoire du quartier. "Le restaurant l'Abeille Dorée existe depuis 40 ans, c'est un crève cœur de le voir fermer", affirme-t-elle.
Selon elle, les appartements, bien qu'inhabités depuis près de dix ans, sont encore en bon état et on pourrait y développer "un projet d'habitat et de locaux commerciaux ou d'activités alternatif, coopératif, intergénérationnel, culturel et innovant, qui donnerait une valeur ajoutée du point de vue social et patrimonial". Pour le comité d'habitants, au-delà de la requalification du quartier en cours, le Grand Lyon veut surtout résoudre le problème du CLIP, cet immense immeuble vitré qui casse l'architecture du quartier depuis sa création en 1988. Mais pour eux, ces démolitions n'apportent aucune réponse et laissent au contraire présager d'une nouvelle décennie de travaux. "On a un vrai ras-le-bol des chantiers, c'est vrai que notre peur de voir se détruire le quartier tourne peut être à la paranoïa", avoue Marie-France Antona." Lyon Capitale 30 Juin 2012
   

SUR

LA

TOILE

@ REBELLYON "Service public de l'eau : Gérard Collomb au secours des requins du privé."
   

Publié dans POLITIQUE Lyon

Commenter cet article