LOPPSI 2 - Elements de mise en oeuvre d'une police politique.

Publié le par DAN

 LOGEMENT/SQUATTEURS 

- Evacuation des campements illicites en cas de risques graves pour la salubrité, la sécurité ou la tranquillité publique.
- Incrimination des squatters (passibles d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende). 

Je regrette le temps de ma jeunesse, a l'occasion de la visite d'un Président dans notre cité un jeune gaillard des renseignements généraux faisait le guet sous mes fenêtres, ainsi chacun dans son rôle se sentait en sécurité.

Surveillance Internet - Oh sans doute les motifs évoqués pour délivrer la Police du poids de la Justice semblent ils assez graves pour dans un premier temps désarmer la critique, rien moins que lutter contre la pédophilie .. quand elle n'est pas mondaine, cultivée, excusable comme un désordre d'artiste.

Logement - Détruire quelques masures de cartons, de bois, il fallait l'hiver, les grands froids et la neige pour donner à nos Parlementaires le courage de voter - ramassis de "couilles molles". Chasser les Roms, les SDF, les pauvres pour embellir les villes, interdire la vente à la sauvette, et comme à Lyon privatiser l'Hotel-Dieu ainsi que le socialisse Gérard Collomb.

Et Enfin developper les milices, pardon "polices", municipales. 


 

Le Parlement a adopté cette après-midi l'"Article 32 ter A" de la loi Loppsi 2. Pour vous, cela ne signifie probablement rien. Mais pour les gens du voyage et tous les mal-logés de France, c'est la promesse d'expulsions du jour au lendemain !

 

La Ligue des Droits de l’Homme n’a pas tort de parler d’ « un véritable fourre-tout législatif » ! Baptisé « Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure » et résumé en « Loppsi 2 », le texte sur lequel le Parlement travaille depuis plusieurs jours est un véritable inventaire des obsessions sécuritaires du gouvernement.

 

Tout y passe : le filtrage d’Internet sous prétexte de lutte contre la cybercriminalité, la multiplication des caméras de surveillance, la criminalisation de la vente à la sauvette, devenue passible de six mois de prison, le couvre-feu imposé aux mineurs de moins de 13 ans,

 

Dans ce déluge de mesures répressives, rédigé de façon particulièrement absconse, un article semble viser spécifiquement les gens du voyage et les mal-logés. Il simplifie en effet les démarches des préfets pour faire évacuer de force des campements ou des squats s’ils présentent « de graves risques pour la salubrité, la sécurité et la tranquillité publiques ».

 

Désormais, l’expulsion pourra se faire en 48 heures, partout (même sur des terrains dont les occupants seraient propriétaires), sans respecter la trêve hivernale, ni proposer de solution de relogement. L'article vient d'être adopté à l'instant. Pour la communauté Rom, c'est un nouveau coup dur. Stéphane Levêque, le rédacteur en chef d’Etudes Tsiganes conclut : « L’histoire dira comment les préfets vont appliquer cette mesure. Tout est à craindre ! ».

 

François Mauger/Mondomix.com 16.12.2010

Lyon 8 Décembre 2010 - César est Prefet.

Lyon - des centaines de personnes, femmes, enfants, abandonnés à la rue ! Réagissons.

Lyon, la part de la Police Municipale (Primaire socialiste)

Lyon, la part des pauvres (la rue, les squatts, la repression ..).

Les libertés en danger sur Internet après Boulogne (Facebook, Hadopi ..)

Petits crimes entre amis - la délinquance en col blanc et l'oligarchie.

LIRE

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article