Libye - Les islamistes dans les bagages de l'OTAN (Sarkozysme)

Publié le par DAN

Un complot islamiste à l'Elysée ?

Il y a peu d'années "la droite" escomptait de l'installation des islamistes en France la paix dans les quartiers. Originalité de la politique de l'OTAN qui agit de même sur le bassin Méditerranéen avec les conséquences que l'on imagine et qui justifieront en retour un renforcement de l'Etat policier en France et d'autres pays occidentaux.

Le sarkozysme perpétue aussila politique initiée par Bush en Irak sans davantage d'originalité, ni d'intelligence, - c'est à dire essentiellement au profit des intérêts pétroliers, mais a-t-on le droit de s'en déclarer surpris ?

Si le Maroc a encore pu se prémunir des agissements occidentaux, l'Algérie dont les réserves en matières premières peuvent éveiller des appétits pourrait bien être la prochaine cible de l'opération "Printemps Arabe" de l'OTAN. Elle a donc dès à présent affichée sa réserve vis à vis des islamistes du CNT libyen, se réservant de reconnaître ces "autorités" sous réserve de la poursuite des opérations contre AlQaida.

On peut encore observer, avec davantage d'inquiétude peut être, que toujours plus souvent les intérêts défendus par l'OTAN, les "révolutions assistées" dans les pays arabes ou d'anciens "pays de l'Est", s'opposent aux intérêts d'autres puissances, Russie, Chine et maintenant Brésil ou Venezuela.

Sans être trop alarmiste l'on doit considérer que l'Union européenne qui ne nous a pas apporté la prospérité annoncée, sauf pour les grandes fortunes, pourrait bien être un facteur déclencheur d'un nouveau conflit mondial.

Pour conclure sur le retour en force des islamistes sur les bords de la Méditerranée, l'information circule depuis quelques semaines déjà dansdes communautés arabes toujours plus inquiètes des menées de l'OTAN.

 

Tripoli : ex-leader d’un groupe islamiste à la tête des insurgés



"La rébellion armée à Tripoli est dirigée par l’ancien émir du Groupe islamique des combattants libyens (GICL), Abdelhakim Belhadj, arrêté en 2004 par les Américains en Asie et livré par la suite à la Libye, écrit jeudi le quotidien algérien EL Khabar.

En mars 2010, Saïf al Islam Kadhafi, fils du leader libyen, a libéré Belhadj dans le cadre de l’amnistie de centaines d’islamistes libyens. Le groupe de Belhadj qui était, selon les autorités libyennes, lié à la nébuleuse terroriste Al-Qaïda, a renoncé par la suite à la lutte armée, ce qui a rendu possible l’amnistie.

Toujours est-il, indique le journal, que c’est justement l’ancien émir d’un groupe islamiste qui a été désigné pour délivrer Tripoli des pro-Kadhafi. Cela prouve que le salafisme (mouvement sunnite revendiquant un retour à l’islam des origines, fondé sur le Coran et la Sunna, ndlr) prédomine au sein de l’opposition libyenne armée.

Par ailleurs, les réapparitions fréquentes de Belhadj sur la chaîne Al-Jazzera présagerait son "rôle clé" dans la Libye de demain." LGS 25 Aout 2011

   

Publié dans MONDE Arabe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article