Le temps des promesses - l'industrie automobile et l'europe.

Publié le par DAN

La femme n'est peut être pas l'avenir de la femme,

Nos amis des Manants du Roi dressent le portrait de quelques administrateurs européens à qui nous devrons la désertification française - avec la complicité de qui vous savez .. Nous sommes loin ici des promesses faite sur le ton et avec les roulements d'épaules des bateleurs et autres camelots, nous sommes dans la froide administration du libéralisme qui ne laisse aucune place à l'action politique volontaire.

Mais au fait d'où ces gens tirent ils leur pouvoir qui ne furent élus par aucun ? c'est peu dire qu'il faut déconstruire l'Union européenne ainsi livrée aux puissances de la finance - et nous débarrasser de ceux qui chez nous se font ses relais.
Déjà nos amis grecs font les frais de ces administrations impuissantes à aider un peuple victime des spéculateurs - et pour cause, les administrateurs sont de ce monde, complices agissants.  
 

manants-du-roi.gif

Femme d’affaires autant que « politique », néerlandaise, née au sein d’une puissante famille de négociants, Neely Kroes a fait une carrière « universitaire » après des études à l'École supérieure néerlandaise d'économie de Rotterdam… Et a détenu un mandat d'administrateur dans 43 grandes entreprises (Thales, Volvo, Lucent Technologies, etc.) et siégé au « board » de 12 entreprises européennes… Au Pays-Bas, elle a été mise en cause pour  la gestion de son patrimoine immobilier et des relations d'affaires peu claires avec le promoteur Jan-Dirk Paarlberg.

Sous son « règne » à la commission de la Concurrence, elle a fait preuve d’une « vigilance aiguë » à l’égard de Renault…

Et d’exiger des explications sur les pressions qui aurait été exercées sur Renault pour empêcher la délocalisation de Clio en Turquie…

NOVEMBRE 2009 - La commissaire à la Concurrence, Neelie Kroes, a « demandé à (ses) services de contacter les autorités françaises aussi vite que possible pour demander des explications », a-t-elle indiqué jeudi dans une déclaration transmise par mail.
La commissaire évoque une « contradiction apparente » entre des déclarations du ministre français de l’Industrie, Christian Estrosi, et les promesses faites par Paris en février 2009, lors de la mise en place des prêts à conditions privilégiées pour les constructeurs automobiles victimes de la crise.

L’une de ces promesses était que Paris « n’imposerait aucune condition sur la localisation des usines », rappelle Mme Kroes en prévenant que « la Commission s’assurera que cet engagement est tenu ».
M. Estrosi avait reçu mardi le directeur général de Renault, Patrick Pelata, après des informations de presse sur une éventuelle délocalisation en Turquie de la production de la Clio.

« Je lui ai fait savoir que nous n’étions pas favorables à ce que la Clio 4 soit produite en Turquie », avait expliqué le ministre après la rencontre, estimant: « Il semblerait que notre message ait été entendu ».
Le patron de Renault, Carlos Ghosn, a également été convoqué pour samedi par le président français Nicolas Sarkozy, qui a déjà prévenu: « Nous ne mettons pas tant d’argent pour soutenir nos constructeurs pour que la totalité des usines s’en aillent à l’extérieur ».

...

Le plan d’aide au secteur automobile mis en place l’an dernier en France avait permis aux constructeurs français Renault et PSA Peugeot Citroën de bénéficier de 6 milliards d’euros de prêts à taux réduit.

Il avait fait l’objet d’un bras de fer entre Paris, qui voulait conditionner ses aides aux constructeurs à des garanties sur le maintien des usines en France, et Bruxelles qui exigeait le retrait de cette condition jugée contraire aux règles européennes sur la liberté d’établissement.

La Commission avait finalement enterré la hache de guerre après avoir obtenu des « garanties » du gouvernement français sur « l’absence de caractère protectionniste » de ses aides, mais prévenu à l’époque qu’elle allait « continuer à surveiller la situation ».

 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

RY949.jpg
   
.. ni de l'industrie française !
   

Publié dans EUROPE

Commenter cet article