Le pouvoir est dans la rue ! - une leçon tunisienne.

Publié le par DAN

 La mondialisation comme on l'aime ..

Certes la partie qui se joue en Tunisie n'est pas gagnée, l'essentiel de la classe dirigeante conserve le pouvoir et Ben Ali pourrait n'avoir été qu'un fusible sacrifié au maintien du "statu quo" - nous avons suffisamment connu de ces révolutions avortées pour ne pas souligner que l'essentiel se joue maintenant et non pas en 2014 !.. Là, j'allais écrire 2012, décidément les responsables confédéraux ont sur moi une mauvaise influence - mais peut être pas un lapsus.

Pourtant quel beau message d'espoir adressé aux manifestants de toute l'Europe qui aujourd'hui se cognent sans succès sur le Mur de l'argent - Mur pas seulement à Berlin ni de Berlin donc. On peut faire bouger le pouvoir par la force du nombre, certes, mais aussi de la détermination, c'est du Stéphane Hessel mis en pratique - de l'indignation à la révolution.


NB L'offre de Michèle Alliot-Marie, Ministre des Affaires Etrangères, ce 12 Janvier de faire beneficier la police Tunisienne du "savoir faire Français" montre que le risque d'exemplarité du conflit était également perçu par les milieux réactionnaires au pouvoir en France.

Les chômeurs partout dans le monde sont considérés par les pouvoirs en place comme des moins que rien. Et pourtant ce sont les précaires de Tunisie qui ont initié la lutte populaire qui a abouti à la chute de Ben Ali. La CGT-PEP du Rhône qui avait déjà marqué son soutien à cette lutte reste solidaire du peuple et des travailleurs de Tunisie et vigilante sur les évolutions en cours.
Mais la leçon qu'ont donné les chômeurs, les précaires, les travailleurs pauvres de Tunisie est une leçon pour le monde entier.
Bien sûr, la situation est différente dans chaque pays, le niveau de vie et les régimes politiques sont souvent différents. Mais ce que nous avons en commun, chômeurs de France, de Tunisie et du monde entier, c'est que nous sommes poussés toujours plus vers la misère et le désespoir par le capitalisme en crise et ses gouvernements qui ne nous offrent aucun avenir. En France aussi, des travailleurs et des chômeurs se suicident à cause de leurs conditions de vie, et nous en avons des exemples quotidiens dans la presse et les JT.
Nicolas Sarkozy et son gouvernement devraient en prendre de la graine. Des "petits chômeurs de rien du tout", méprisés par les grands de ce monde, peuvent non seulement se faire entendre et se faire craindre, mais aussi déclencher des révolutions.
Pierre Mehaignerie, député Ump, devrait parler de manière moins légère lorsqu'il dit, à l'approche des négociations UNEDIC, que les chômeurs de France sont trop indemnisés, alors que nous n'avons même pas le nécessaire pour nous loger, nous vêtir, nourrir nos enfants.
La CGT privés d'emplois et précaires du Rhone salue la mobilisation de la population en Tunisie et appelle tous les amoureux de la liberté à continuer à manifester leur solidarité avec sa lutte courageuse. Cette lutte, elle montre le chemin aux travailleurs et aux peuples du monde entier !
becassine CGT

Publié dans MONDE Arabe

Commenter cet article