Le Front National à Hénin Beaumont et aux législatives 2012.

Publié le par DAN

 

La volonté de Sarkozy, Guéant ou Morano et du groupe Droite populaire  d'imposer les idées du Front National au sein de l'UMP aura conduit à un double échec électoral. Echec à l'élection présidentielle de l'homme des discours de Dakar et Grenoble, échecs aux élections législatives de nombre de députés de la Droite populaire dont le plus connu, Eric Raoult (lire).

Les citoyens seraient donc moins favorables que les adhérents de l'UMP à une confusion, le terme est plus approprié que rapprochement, avec le Front National. Ce serait là une erreur stratégique que Juppé ou Fillon voudraient voir corriger au plus tôt. Pour autant s'agissant de l'Union européenne, de l'euro ou encore d'une politique protectionniste de notre industrie et de nos emplois ce recentrage n'est il donc pas nécessairement une bonne chose même si il faut bien admettre le caractère démagogique des propos de campagne à l'UMP. Ainsi François Copé en chevalier blanc défenseur de la souveraineté nationalepourrait nous faire sourire, si la situation créée par le Traité de Lisbonne n'était pas aussi dramatique.

"Mais la victoire politique appartient sans contestation possible au Front National qui aura obligé à la renaissance d'un Front Républicain que nous savons aussi vide qu'une baudruche." Lyon Royal 2009.

Quand au Front National il offre à Hénin Beaumont l'image de la ténacité politique, s'approchant toujours davantage de la victoire malgré le déploiement des ténors venus faire campagne contre lui(a).   La différence ne tient pas seulement au programme, sitôt perdue l'élection un Mélenchon s'en va poursuivre ailleurs son illusoire campagne médiatique. La différence tient à la fidélité ou non aux populations, à ces politiques d'implantation de longue haleine qu'autrefois maîtrisait bien le Parti communiste.

Davantage que le programme, l'expression raciste et xénophobe banalisée a l'UMP a conforté l'image de respectabilité du Front National,après l'éloigement de Jean Marie Le Pen mais aussi à Lyon de Bruno Gollnisch, d'un FN qui se tenait à l'écart de ces excès verbaux - quand même au Parti socialiste un G. Freche ou un Manuel Valls faisaient leurs gammes.

"Les plus graves atteintes aux droits résultant des politiques socialesdu gouvernement [Sarkozy] et du Medef, ou des atermoiements de la gauche libérale (retraites, RSA, revalorisation du Smic, délocalisations, expulsion des Rroms, ..) de même que l'on doit considérer cette même collusion pour la remise en cause des droits constitutionnels(Traité de Lisbonne).

L'on peut alors légitimement s'interroger sur le "pourquoi" de cette mise en avant de l'extrême droite, comme je l'ai déjà fait ici à propos de l'affaire Engelmann .." Ce que j'écrivais en Mai 2011 n'est pas remis en cause par ce que nous constatons avec les premières mesures annoncées du gouvernement Hollande tant pour le Smic que pour les Retraites, mais encore la chasse aux Rroms.

La question de l'instrumentalisation du Front National pour organiser des manifestations de "fraternisation républicaine" autour des candidats porteurs des programmes "d'austérité" est l'une de ces réalités obscènes de notre vie politique. Ajoutons encore à cela le rôle du FN comme repoussoir de la démocratie parlementaire, les élections au scrutin proportionnel assurant l'expression de tous les citoyens, et nous aurons une représentation du rôle joué ou que l'on fait jouer au FN dans la préservation du pouvoir de l'oligarchie.

(a)  De 2009 à 2012, l'écart en voix passe de 500 à un peu plus de 100 sur un territoire pourtant plus étendu que celui de la seule ville de Hénin Beaumont, la circonscription. 

 

"Une leçon des années trente, en période de crise la bourgeoisie libérale se réfugie dans les bras du totalitarisme qu'il soit à proprement parler fasciste ou non, c'est le choix clairement assumé d'une "contre-révolution" préventive. Nous y sommes .." Avril 2012

 

Le Front National et Hénin Beaumont

- à propos des municipales de 2009.

"Les Héninois ont commencé à voter dimanche au premier tour d'une élection municipale où les électeurs vont devoir choisir entre neuf listes, dont cinq de gauche et une liste du Front national avec Marine Le Pen en numéro deux.
Pierre Ferrari, 27 ans, tête de liste investi par le PS avec le MoDem, les chevénementistes et les communistes, a voté dimanche matin ainsi que le divers-gauche, Daniel Duquenne, qui avait obtenu 19 % des voix lors de la municipale de 2008.
Steeve Briois, tête de liste du Front national, et Marine Le Pen devraient voter vers 16H00. Le FN a réalisé à Hénin-Beaumont son meilleur score national aux élections européennes avec près de 28% des voix, loin devant le PS relégué à dix points.
L'élection municipale a été convoquée à la suite de la mise en examen et l'incarcération début avril du maire PS Gérard Dalongeville pour détournement de fonds, faux en écriture et favoritisme.
La gauche est également représentée par les Verts, un ancien maire PS, Pierre Darchicourt, et le NPA.
Hénin-Beaumont est une ville du bassin minier de 26.000 habitants, lourdement frappée par le chômage (19%).
En mars 2008, M. Dalongeville avait été réélu au deuxième tour dans une triangulaire avec 51,94% des voix, devant la liste FN (28,83%) et celle de Daniel Duquenne (19,23%)." La Depeche 28 Juin 2009
"Le Front national n’a pas réussi à remporter, à Hénin-Beaumont, la victoire qui aurait pu lui permettre d’enrayer le déclin dans lequel il est entré depuis l’échec de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 2007.
Le candidat divers gauche Daniel Duquenne, qui bénéficiait du soutien de l’ensemble des autres forces politiques y compris l’UMP, l’a finalement emporté avec 52,4%des voix face à la liste conduite par Steeve Briois et Marine Le Pen.
Mais cette victoire, qui maintient Hénin-Beaumont à gauche, là où elle a toujours été, ne règle rien. .. A l’heure du bilan, le FN a réussi à prouver que son cadavre, déjà enterré par beaucoup depuis 2007, bougeait encore suffisamment pour inquiéter ses ennemis, mais pas assez pour remporter des victoires." RUE 89 5 Juillet 2009

"Le FN est vaincu à Hénin Beaumont mais il gagne des voix."

"Avec 52,3 % des voix, la liste de l'Alliance républicaine de Daniel Duquenne (divers gauche) a finalement remporté, au terme d'une semaine de campagne tendue, le second tour de l'élection municipale partielle d'Hénin-Beaumont. ...
Le FN a donc été distancé d'environ 500 voixpar les " ripoux-blicains ", selon l'expression favorite de Steeve Briois, tête de liste du parti d'extrême droite." Le Monde 6 Juillet 2009

 

DEJA

PUBLIE

@ "Hénin Beaumont, l'étrange défaite du Front National" Juillet 2009

@ "Ou est le danger fasciste que nous devons combattre ? Une leçon sur l'insurrection bourgeoise " Avril 2012 

 

 

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article