Le droit à la retraite anticipée - N. Sarkozy, un cas d'école.

Publié le par DAN

 PARIS (AP) — Deux tiers des Français (65%) ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy se représente à la présidentielle de 2012, selon un sondage BVA pour "La Matinale" de Canal+.

J'ai parfois l'impression que le calvaire de la France dure depuis des decennies tant déjà avec sa longue liste de casseroles J. Chirac m'exaspérait - et puis aussi parce qu'il portait en lui les germes du sarkozysme, qui se souvient encore d'A. Juppé, sur ce dossier déjà des retraites - la popularité "posthume" (personnalité préférée) de l'ancien président n'est donc pas moins cause d'irritation que l'action de son successeur. Mais il y avait encore chez J. Chirac la marque du naufrage de "la gauche". Le départ de J. Chirac n'était pas moins souhaité par les Français en 2002 que celui de Nicolas Sarkozy aujourd'hui - mais l'on sait ce qu'il en fut. Il suffit de regarder la longue liste des pâles prétendants à la succession républicaine pour comprendre que rien n'a changé, rien qui ne puisse - ou ne veuille, mobiliser le petit peuple abstentionniste.

Et d'ailleurs si les appêtits se reveillent à Droite - Morin, Villepin, Juppé, si c'est sans doute aussi pour réveiller leur électorat et redonner une chance à Sarkozy, une autre stratégie que celle de la droite rassemblée et unanime mise en défaut aux Régionales - c'est aussi au regard de la faiblesse d'une "gauche" empêtrée dans le libéralisme et qui n'aura d'autres objectifs que d'arrondir les angles d'une même politique, comme ce fut déjà le cas avec Jospin.

On le voit ici encore, le droit à la retraite, y compris pour Sarkozy, est mis à mal.  schtroumpf

 

 

 

LIRE :

 

Elections - l'abstentionnisme n'est pas un apolitisme (sondage)

 

La jeunesse en retrait de la vie politique ? - élections régionales, du Crous ..

   

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article