Le débat autorisé des candidats à la Présidence de la République

Publié le par DAN

Debats-election-presidentielle-1-Tour-2012.JPG
 

Sans doute parce que la nécessité de ces débats ne s'était pas imposée aux Médiocrates, ni aux candidats présumés du second tour, Hollande et Sarkozy, faut il leur faire bon accueil, et déjà rendre hommage à Nicolas Dupont-Aignan, gaulliste donc, qui dans cette affaire refusait encore le deuil de la démocratie telle que nous l'enseigne l'Union européenne à l'option résignation - plus qu'une option je crois.

Cela dit entre nous, je ne crois pas que la fonction de Président soit intimement liée à des qualités de rhétoricien, de camelot de marché et comme à mon habitude je privilégierais l'écrit.

 
  Débat et liberté d'opinion dans la campagne présidentielle - faim de démocratie ?
 

Commenter cet article