Le bouclier judiciaire - affaire Woerth Bettencourt (écran de fumée).

Publié le par DAN

Les échos de la Fraternité du Fouquets

Dans l'Affaire qui occupe les médias - et surtout préoccupe les Français, les démissions de deux secrétaires d'Etat pourraient n'être qu'un écran de fumée (de cigares) visant à protéger le Ministre du Travail, Eric Woerth, pourtant associé à une Affaire autrement plus importante.

Après ces démissions, ce sont les tergiversations du procureur quant à engager ou non une enquête judiciaire, d'un procureur que l'on sait proche du Résident de l'Elysée, qui font inévitablement penser à cette autre manière d'enterrer les Affaires, nommer une commission - hypothèse d'une commission parlementaire qui précisement eut l'accord immédiat du Président de l'Assemblée.

Permettez moi alors de considérer la précipitation de Sarkozy à se mêler des difficultés du sport professionnel au regard de l'attentisme complaisant dont bénéficie la famille Woerth. Le parallèle est instructif quand à la nature de cette république "irréprochable" au moins du point de vue des intérêts de la Fraternité du Fouquet's.

Seule la démission d'Eric Woerth - et non de son épouse et non d'un second couteau pris la main dans le coffret à cigares, aurait pu donner dans l'attente de leurs conclusions, du crédit à ces procédures. Pour l'heure nous assistons à une nouvelle déclinaison de la politique spectacle de Monsieur "bling bling". 

 

Affaire Woerth - moins urgent pour Sarkozy que de comprendre l'echec d'une équipe de foot ?  guignol-a.gif
".. Selon les informations du journal « Le Monde », le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, a fait savoir, via un rapport transmis à sa hiérarchie, son intention d'enquêter sur les conditions d'embauche de l'épouse d'Eric Woerth dans la société Clymène qui gère la fortune de Liliane Bettencourt. Société dont elle a démissionné depuis la mi-juin. Selon le procureur, des liens pourraient être faits entre l'emploi de l'épouse du ministre, les dissimulations fiscales dont font état les enregistrements clandestins révélés par Médiapart et les fonctions d'Eric Woerth à la tête du ministère du Budget. Cette enquête est envisagée dans le cadre plus général d'une poursuite pour « blanchiment de fraude fiscale », à laquelle la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a annoncé dimanche qu'elle ne s'opposerait pas. Cette poursuite est aussi un moyen, pour le juge Courroye, de contrer les velléités d'enquête d'Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la 15 e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre devant laquelle s'est ouvert la semaine dernière le procès Banier-Bettencourt. En renvoyant le procès sans fixer de nouvelle date aux parties, la juge a ouvert une faille dans laquelle s'est engouffré le parquet et qui pourrait la priver du supplément d'information qu'elle compte mener. L'ensemble de l'enquête pourrait donc se dérouler entre les mains du seul parquet, et même être jugée directement par la cour d'appel de Versailles. .." LesEchos.fr06/07/10

Publié dans AFFAIRE WOERTH

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article