La Rupture c'est Maintenant ! - Pour l'organisation d'un référendum sur les nouveaux Traités européens.

Publié le par DAN

 
NON AU TRAITE DE CROISSANCE DE L'AUSTERITE !
 

Pas même le temps de poser sa valise François Hollande recevait les émissaires de Berlin & Bruxelles (B&B), Barroso et Van Rompuy, tous deux "présidents" (rien moins) d'un morceau oligarchique de l'Union européenne, et encore c'est l'austérité !

Précisément au menu, le Traité d'austérité dont ces émissaires voudraient la ratification dans l'urgence, plus exactement "le Traité de croissance de l'austérité". Il est vrai que les résultats électoraux en Grèce et en Italie (lire) ou l'on peut déjà constater l'effondrement du Parti de Berlusconi, la montée du "NON" dans la campagne référendaire irlandaise (lire) et sans doute l'accélération de la crise en Espagne renforcée encore par les nationalisations sud-américaines font que la situation en Europe aujourd'hui sent la poudre.

Certains agiteront sans doute le hochet "anti-fasciste" pour aider à la consolidation du monstre européen, aider aux politiques libérales réactionnaires, "la démocratie", renforçant par là même "le monstre" qu'ils prétendent combattre, le combat pour la réelle révolution n'est pas sans faux amis ni chausse-trappes. L'effondrement dans les urnes de la Droite extrême de Berlusconi, Droite à la manière de Sarkozy et de la nouvelle UMP, montre que le combat pour la démocratie doit être mené pour nos propres revendications, pour la sortie de l'euro, pour la refondation de l'europe des peuples et des Nations.

Je n'ai certes guère d'espoir que cela se fasse rapidement, sauf à constater la part prise par la "lutte des places" dans la nouvelle majorité gouvernementale, place de ministre (EELV) ou de député (Front de Gauche), pour prédire que l'épuisement des jeux d'opposition pour illusoires qu'ils soient ne pourront durer bien longtemps.

Aussi dès aujourd'hui pouvons nous décider que la place donnée à l'organisation d'un référendum sur le nouveau traité européen d'austérité par les candidats aux législatives pourrait être le déterminant de notre vote

 
Traite-Europeen-referendum.jpg
 
"Deux cent personnalités et responsables politiques, syndicaux et associatifs, intellectuels, artistes... d’horizons très divers appellent à un référendum sur le nouveau traité européen, dit Merkozy, que les chefs d’Etat et de gouvernement doivent signer jeudi ou vendredi à Bruxelles. Rendu publique à la veille de la mobilisation européenne contre l’austérité, cet appel vise à s’opposer à la volonté des libéraux d’obliger chacun des Etats de l’Union européenne à se conformer à la « règle d’or » en matière budgétaire et de défendre, contre la régression antidémocratique de l’Europe, le principe fondamental de la souveraineté du peuple." POLITIS

"Plusieurs traités européens ont déjà dépossédé les citoyens de la possibilité de choisir les orientations de l’Union européenne. Aujourd’hui, la Grèce mais aussi le Portugal, l’Irlande et l’Italie se voient imposer des décisions majeures dans des domaines qui ne sont de la compétence, ni de la commission, ni du conseil européens. Les dirigeants et les technocrates de l’Europe, au service de la finance, enfoncent les populations dans la récession, la régression sociale et la misère, renforçant ainsi les inégalités, les discriminations et la xénophobie.
Le sommet européen a adopté le 9 décembre, le projet du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination, et la gouvernance dans l’Union), dit traité Merkozy. Il cherche à donner une base légale à la répression, la régression sociale et aux dénis de démocratie, durcissant les règles qui figuraient déjà dans le Traité de Maastricht puis dans celui de Lisbonne, imposant de lourdes sanctions « immédiates » et « automatiques » aux pays contrevenants. Cet accord a vocation à engager l’ensemble des pays de l’Union et l’ensemble des décisions politiques.

Les gouvernants qui entendent limiter aux parlements la ratification du traité manifestent leur mépris des exigences démocratiques.Ils se font les complices de la remise en cause du principe démocratique fondamental : la souveraineté du peuple.

Nous refusons de renoncer à nos droits !

Quelle que soit l’issue des échéances électorales d’avril, mai et juin , que le texte reste en l’état ou qu’il soit modifié lors d’une éventuelle renégociation, nous exigeons la tenue d’un référendum pour que le peuple décide si la France doit approuver ou refuser le nouveau Traité. Nous invitons toutes et tous les citoyen(ne)s à se mobiliser dans leurs quartiers, leurs villes ou leurs villages, leurs lieux de travail, au sein de leurs partis, leurs syndicats ou de leurs associations. Organisons ensemble réunions publiques, manifestations, pétitions, occupations, et autres actions pour un vrai débat et bâtir ensemble l’Europe que nous voulons !" (Signer la pétition)

   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article