La mort d'un olicharque et les solidarités de clan - Languedoc Roussillon.

Publié le par DAN

Mort d'un sous homme. 

Si je respecte l'émotion d'une famille à la disparition d'un proche, Georges Freche était aussi un personnage public dont l'attitude generale nous libere de toute considération de réserve. Pourtant sa mort ne me réjouit pas, imaginant bien que la releve est dejà là. Encore que la mort d'autres barons (Hernu, Deferre, ..) nous enseigne que ceux ci élevaient à un art redoutable la pratique de l'assassinat politique. Qu'ils faisaient régulièrement le vide de ceux qui étaient susceptibles de leur faire ombrage ou d'empieter sur un pouvoir sans partage.

A aucun niveau de leur action il y a compatibilite avec l'émergeance d'une vie démocratique et le clientelisme est là pour etouffer toute initiative citoyenne, c'est aussi ce que nous démontre au quotidien Gérard Collomb, toujours vivant. 

Georges Freche fut maoiste dans sa jeunesse et l'on ne pourra donc pas dire que sa vision politique s'était déteriorée au fil des ans - c'était dejà une merde, il avait pris du poids, une verité à la fois biologique et sociologique qui l'emporta. 

Tous ceux là iront verser une larme sur leur condition humaine, qui reste pour nous comme un dernier espoir.

  Freche Collomb 2010  

Publié dans FANTAISIES

Commenter cet article