les diamants de Karachi - une campagne électorale.

Publié le par DAN

".. Une question précise lui a ensuite été posée sur son rôle spécifique à l'époque (ministre du Budget, puis porte-parole du candidat Balladur), après que Charles Millon eut évoqué l'existence de rétrocommissions. Et c'est là que les choses ont dégénéré, lorsque le président a ciblé, au second degré, le journaliste qui l'a interrogé: "Vous êtes un pédophile, j'en ai l'intime conviction, j'ai vu les services secrets mais je ne vous dirai pas lesquels, j'ai vu quelqu'un mais je ne vous dirai pas qui c'est, et c'était oral. Mais j'en ai l'intime conviction, vous êtes un pédophile!" En s'exprimant de la sorte, Nicolas Sarkozy voulait dénoncer ceux qui parlent sans preuve." -L'Express 23/11/10. 

Point - Lyon RoyalLes sondages sont terribles - certes les Français ne font confiance ni à Nicolas Sarkozy ni à son "nouveau" gouvernement (64%), ne trouvent pas Sarkozy convaincant (55%) lors de ses interventions télévisées, mais encore moins d'un tiers des Français ont de lui une opinion favorable (32%). Et voilà que pour ajouter à la déchéance cet ultime affront, "il serait vaincu par n'importe quel candidat socialiste .."(a) - et là ca tombe plutôt bien, car les candidats quelconques, "primaires", ne manquent pas au Parti socialisse; d'accord, dans ces conditions même Gérard Collomb peut être candidat.

Bien sur il y a la campagne de la presse libérale en faveur du Directeur du FMI, Dominique Strauss Kahn, à l'élection présidentielle - et ce ne serait pas le moindre des paradoxes que le mouvement social porte au pouvoir un partisan de la dérégulation libérale - un moindre pire ? c'est douter de ses compétences.

Mais revenons à nos diamants. Sans doute le terrorisme verbal de Sarkozy peut il impressionner quelques journalistes, des émotifs, des ames infantiles - mais celà peut il suffire à cacher la vérité ? moins que le "secret défense" appliqué au négoce, sans doute, moins que des barbouzes employés à détruire des dossiers, peut être. Cacher la vérité donc, mais détruire des diamants, les diamants de Karachi, c'est une autre affaire.

C'est sans doute son gout raffiné du paradoxe qui perdra notre "Président-Bien-Aimé", défendre la grandeur de l'élu républicain à peine quitté la tribune de l'OTAN, si ce n'était aussi dramatique on s'en felerait une côte de trop en rire - mais bon, chaque jour de nos soldats risquent leur vie pour la grandeur des USA. Il reste pour établir la vérité l'espoir que  Wikileaks nous offre quelques documents "secrets" sur Karachi.


(a) mais nul part il est écrit par n'importe quel candidat trotskiste, Mélenchon, Besancenot, ..

 

".. Mardi matin, le Parisien révélait ainsi que le juge en charge du volet "corruption" avait mis la main sur des documents "extrêmement intéressants" lors d'une récente perquisition effectuée au ministère du Budget. Ces documents pourraient accréditer le rôle douteux de la société, Heine, créée au Luxembourg en 1994 par Jean-Marie Boivin, avec l'aval, certifie l'enquête luxembourgeoise, du Premier ministre de l'époque, Edouard Balladur, et de son ministre du Budget, Nicolas Sarkozy. Cette société aurait alors été chargée d'organiser, par un montage complexe, le retour en France de certains paiements - les fameuses rétrocommissions? - conclus en marge du contrat d'armement passé à cette époque avec le Pakistan, et qui se trouve aujourd'hui au cœur du scandale. .." JDD 23/11/2010  

Publié dans AFFAIRE KARACHI

Commenter cet article