La candidature Hollande réjouit Gérard Collomb - La revanche des "ouistes"

Publié le par DAN

Attac, Ils se sont dit oui - 2005

Il est certain que par son alliance avec Nicolas Sarkozy dans la campagne référendaire de 2005 en faveur de la Constitution européenne (Traité de Lisbonne 2007) François Hollande aura acquis cette stature "d'homme d'Etat" ainsi que le rappelait J. Chirac.

Mais ici nous ne sommes pas les porte-voix du Medef et les ouvriers de PSA devraient apprécier différement l'application de législations qui sous peu les conduiront au chômage, comme tant d'autres il est vrai. Doit on pour autant féliciter les responsables ?

Ainsi l'oligarchie représente un bien plus grand danger que le seul Front National, dont seul le rôle d'épouvantail permet d'empêcher tout débat.

"Gérard Collomb souhaite « que se dégage une unité pour ces primaires » et estime ne pas « être un rêveur » quand il évoque un ticket Hollande-Aubry. Le maire de Lyon a fait son choix pour le pensionnaire de l’Elysée : ce sera le président du conseil général de Corrèze. « Martine Aubry doit gommer une certaine image […]. Pour beaucoup de Français, elle représente encore les 35 heures appliquées d’une manière trop rigide ». Gérard Collomb serait « peiné » si l’unité n’était pas prônée.
Par ailleurs, il ne pense pas qu’un débat télévisé entre les principaux candidats à l’investiture soit la meilleure façon de choisir : « Quand vous êtes assez proches sur le projet, vous êtes plutôt sur le dénigrement et finalement, on arrive affaibli au bout des primaires ».
Enfin, concernant les propos de Jacques Chirac et son soutien à François Hollande, il se félicite : « pour une fois que des gens qui ne sont pas de notre bord nous soutiennent, on ne va pas dire qu’on les refuse […]. On va pas s’en plaindre »." LYONMAG.COM

Commenter cet article