L'Olympique Lyonnais s'effondre en Bourse - Le coup de poker du Grand Stade.

Publié le par DAN

Panneau entree 
 

L'effondrement des cours en bourse de la société "Olympique Lyonnais" depuis son introduction à 22 euros (2007) pour une cote aujourd'hui de 3,80 euros constitue sans doute un échec dont ni Gérard Collomb, pressé d'investir 400 millions d'argent public dans le projet de sauvetage (le "grand stade") de la société de son ami Aulas, ni ce dernier, ne viendront se vanter dans la presse lyonnaise. C'est donc sur le site libertaire Rebellyon que l'on trouvera l'information ainsi qu'un historique de la spéculation sur les terres agricoles destinées à la Foncière de Montout (filliale d'OL Groupe) et menée en toute opacité par Gérard Collomb, président du Grand Lyon.

La spoliation dont ont été victime les agriculteurs, le déni de démocratie dont sont victimes les habitants de Décines comme du Grand Lyon qui devront payer l'ardoise, le mépris des supporters attachés au stade historique de Gerland tout cela permet d'envisager ce que sera le prochain gouvernement socialiste et ce qu'il adviendra de la démagogie du Front de Gauche, le Parti communiste ayant ici déjà partie liée.   

 

".. Pour tenter de redres­ser la barre, l’OL Groupe s’atta­que à la spé­cu­la­tion fon­cière. En 2006, des agri­culteurs de Décines ven­dent (sans connai­tre les pro­jets de Grand stade) leur ter­rain agri­cole pour une bou­chée de pain au Grand Lyon (7€/m2), qui le refile à la Foncière du Montout (filiale à 100% de l’OL Groupe) en 2011 (sui­vant un accord secret passé en 2007 entre la mairie et l’OL) pour 40€/m2.
Une fois les terrains agricoles vendus par les pay­sans au Grand Lyon, le Grand Lyon modi­fie le PLU et trans­forme les terres agricoles en terrains cons­truc­ti­bles ; puis l’OL annonce son projet de Grand stade. Une fois les terrains acquis et le projet dévoilé, la Foncière Montout peut revendre les terrains au prix fort (300€/m2) aux grandes surfaces, commerces et centre de loisirs qui souhaiteraient s’implanter aux côtés du Grand stade. En plumant des agriculteurs avec le soutien du Grand Lyon, OL Groupe et ses filiales peut encaisser une gigantesque plus-value (estimée à 300 millions d’euros) sur la revente des terrains."

Rebellyon - "OL : la chute."

 
  Grand Stade - François Hollande hors jeu ?
   

Publié dans SOCIETE Lyon

Commenter cet article