L'Etat Français vend le fichier des citoyens, c'est déjà un premier pas (Loppsi 2)

Publié le par DAN

Point - Lyon RoyalGuillaume Sarkozy (Malakoff Mederic) devait manquer de données pour actualiser ses fichiers de prospection, la famille Sarkozy m'écrit désormais chaque mois pour organiser mes obsèques ("Sarkozy ma tuer"), car voilà "nos Parlementaires" qui autoriseraient l'Etat à vendre le fichier des cartes grises.

Habituellement, pour les fichiers commerciaux, il vous reste la liberté de demander à en être radié mais dans ce cas là vous êtes sans recours sinon circuler à vélo ou en trotinette, à cheval peut être. Reste à savoir pour la suite qui se portera acquereur des données confidentiels du fichier des cartes d'identité, passeport, des cartes vitales ou des données bancaires.

Désolé pour les "hackers", "l'Etat Français" est désormais le premier pirate.

 LOPPSI 2 - Elements de mise en oeuvre d'une police politique.

"Le syndicat UNSA Police a fait part aujourd'hui de son inquiétude au sujet d'une disposition incluse dans la loi sur la sécurité intérieure permettant l'exploitation commerciale des données personnelles contenues dans les fichiers de demandeurs de cartes grises.
Un amendement adopté en avril 2009 dans le cadre du projet de loi sur la sécurité intérieure (Loppsi 2), qui est examiné depuis mardi en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, autorise l'utilisation des données se rapportant aux véhicules et à leurs propriétaires à des fins statistiques, scientifiques, historiques ou commerciales, même sans l'assentiment des personnes concernées, dès lors que les informations ne sont pas nominatives.
L'UNSA Police "s'inquiète que désormais, n'importe quel fichier de l'administration pourra faire l'objet, un jour peut être, d'une cession à des sociétés tierces". "Le fichier des cartes grises deviendra demain une réelle violation de la vie privée", met encore en garde le syndicat.
Dans un communiqué diffusé mercredi, la Commission nationale de l'informatique et des libertés a rappelé que "sur son injonction, le formulaire de demande de certificat d'immatriculation contient une case à cocher permettant aux automobilistes de s'opposer à ce que leurs données puissent être réutilisées à des fins de prospection commerciale". "Mais dans la mesure où nos concitoyens ignorent que leurs coordonnées pourront être céder à des sociétés privées, la CNIL ne risque pas d'être envahie de demandes", estime l'UNSA Police.
Le syndicat s'interroge "sur les réelles motivations de cette loi et de son application dans la mesure où aucun accord préalable des automobilistes demandant un certificat d'immatriculation n'est nécessaire"." LeFigaro 17.12.2010
SI MEME LA POLICE S'INQUIETE .. 

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article