Journee internationale des Roms en France - actualité.

Publié le par DAN

Roms Mons-Villeneuve d'Asq
Parabole de la paille et de la poutre. Évangile de Luc, 6, 41 : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! Ou comment peux-tu dire à ton frère : Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l'œil de ton frère. »

 Je voudrais rassurer "le peuple de gauche" - dans trente ou quarante ans un maire socialiste de Lyon inaugurera une plaque commémorative(a) pour les Roms européens victimes de la xénophobie, mais en attendant des faits comme ceux rapportés par le quotidien "20Minutes" ont lieu chaque jour - et quand ce ne sont pas les Roms, ce sont les SDF ou d'autres encore coupables de leur infortune. On peut certes comme cet autre quotidien - La Croix", s'inquiéter du sort des Roms Hongrois, ou d'autres encore, histoire de poutre ou .. de croix ? 

En conclusion de ce billet à signaler une brochure de Claire Auzias(b) consacrée aux Roms, "une ethnie -peuple sans Etat- unie consciemment à sa famille par l'alliance, unie structurellement et souvent inconsciemment à l'ensemble de la population tsigane du globe par des pratiques communes maintenues jusqu'à ce jour, en dépit des adversités importantes qu'elle a encontrées en chemin ..".

(a) "Alors que la nouvelle académicienne Simone Veil, célébrait hier le 66ème anniversaire de la rafle des enfants d’Izieu, dans l’Ain, une plaque commémorative en plein cœur de Lyon vient d’être dévoilée par le maire de Lyon." LyonWebzine

 

(b) "Roms, Tsiganes, Voyageurs : l'éternité et après ?" Claire Auzias - Indigènes Editions 3,00 €

 

Claire Auzias était co-auteur en 1982 d'un ouvrage sur la grêve des ovalistes (Lyon 1869) sur lequel je reviendrais cet été (lectures à la plage, sous les pavés ..) 

 

Migrants Quatre-vingts migrants et leurs soutiens ont manifesté hier à Boulogne-sur-Mer

Les sous-préfets se suivent et ne se ressemblent pas à Boulogne-sur-Mer. En juin 2008, quatre-vingts Roms avaient été installés en bordure de l'A 16, à Wimille, après intervention du sous-préfet de Boulogne. Ils manifestaient hier matin à l'attention de son successeur (arrivé à l'été 2009) devant la sous-préfecture. Avec quelques associations, ils protestent contre la décision d'expulsion qui leur a été signifiée lundi.

Pas de solution locale
Après quinze heures de garde à vue, le verdict était clair : obligation de quitter le territoire d'ici au 30 avril. « Tous les adultes sont sans ressources, en situation irrégulière depuis plus de trois mois », explique Daniel Rouhier, le sous-préfet. « Pour travailler en France, il leur faut l'autorisation de la direction du travail, qui ne l'a jamais donnée », regrette Jeadette Vaillant, de la Ligue des droits de l'homme (LDH). Scandalisée qu'une procédure ait même été lancée « pour occupation illégale du terrain, alors qu'il a été trouvé par le sous-préfet en 2008 ». « C'était une solution provisoire sur un terrain dangereux, à côté de l'autoroute », se défend le sous-préfet. « En 2008, le sous-préfet avait juste appelé le maire de Wimille pour l'informer qu'il installait les Roms sur sa commune, mais si on lui avait laissé le choix, l'élu aurait dit non, comme les autres », résume Yves Selleret, de l'association Agir avec les Roms. Avec la LDH, notamment, leur action a permis la scolarisation de treize enfants à l'école primaire de Wimille. « Des enfants studieux », reconnaît d'ailleurs le sous-préfet, tout en vantant la « qualité » du système scolaire roumain. « Les Roms n'y ont pas accès », précise Yves Selleret.

Olivier Aballain 20Minutes 08/04/10

LIRE

 

Notre solidarité avec le peuple Rom, le droit des Nations. 

 

Publié dans POPULATION

Commenter cet article