Hénin-Beaumont - Laboratoire de la vie politique française ?

Publié le par DAN

 

Doit on parler de laboratoire à propos des élections législatives à Hénin Beaumont ? Sans doute parce qu'un certain nombre de forces politiques mettent là à l'épreuve des citoyens des stratégies renouvelées qu'il soit question du Front National, du Front de gauche ou encore du premier essai de nos amis du M'PEP et du PRCF de jeter les bases d'une alternative sociale et patriotique à l'europe libérale, "alliant le drapeau rouge au drapeau tricolore".

Laboratoire pour le Front National déjà, puisque à travers des stratégies diversifiées selon ses électorats, selon que nous sommes au Nord ou au Sud de la France (vérité en deçà et au delà du Massif central) ce Parti sera une composante extrême de l'ancienne majorité UMP dans le Sud, ou un Parti d'opposition des classes populaires dans le Nord.

Laboratoire encore pour le Parti socialiste qui à nouveau devra se confronter aux pouvoirs d'un Baron local, comme ailleurs aux Frêche, Guerini ou G. Collomb, ici avec Kucheida dans une circonscription voisine du Nord Pas de Calais et les suites de l'affaire Dalongeville qui avait permis l'installation du Front National (lire) à Hénin-Beaumont. Autant dire que la sur-médiatisation de la région ne fait pas l'affaire de l'oligarchie.

Liberation-Melenchon-face-au-FN.jpg

Laboratoire encore pour le Front de Gauche qui entend nous convaincre que le fascisme serait le plus grave danger auquel serait confronté la France, et non pas Merkel ou l'Union européenne, certainement pas l'euro ; Mélenchon entend ici combattre "la misère et la bêtise" qui sont sans doute le dernier obstacle à la construction de "l'Europe sociale" (lire) .. Derniers feux sans doute pour le Parti communiste sous la houlette du très européiste Pierre Laurent.                    

Il restera encore à suivre la campagne de nos amis du M'PEP et du PRCF dans cette autre tentative de construire une alternative "Rouge et Bleue", alliant le drapeau rouge au drapeau tricolore et portant l'objectif de la rupture et non d'un simple changement dans la manière de ..         

 
M'PEP PRCF : Après l'annonce de la candidature de JL Mélenchon ..
"Associés autour de la candidature commune de Michèle Dessenne et de Jean-François Maison, les militants du M’PEP et du PRCF continuent leur bataille idéologique de terrain engagée il y a plusieurs mois. Il est en effet indispensable que, face aux euro-fédéralistes de l’UMP et du PS, face à la xénophobie dangereuse du FN et de l’UMP, émerge une force neuve alliant le drapeau rouge au drapeau tricolore pour combattre frontalement l’Europe supranationale et la néfaste monnaie unique européenne : en effet, quoi qu’en disent les partisans de l’introuvable « Europe sociale », c’est bien la « construction européenne » qui a plongé le bassin minier dans une terrible crise économique, politique et morale en dévastant toute l’industrie nordiste. Il serait donc suicidaire pour la gauche et pour la République que Marine Le Pen puisse continuer de feindre être la seule à s’opposer à l’euro (en réalité, la patronne du FN prétend sortir de l’euro par une impossible « concertation » avec l’Allemagne, principal bénéficiaire de la monnaie unique, ce qui signifie qu’en réalité, elle NE VEUT PAS TOUCHER A L’EURO !). Il faut au contraire montrer au peuple et à la classe ouvrière qu’il est possible de SORTIR NOTRE PAYS DE L’EURO ET DE L’UNION EUROPÉENNE PAR LA PORTE DE GAUCHE, pour restaurer la souveraineté nationale, avancer vers la coopération internationale, construire une République sociale capable de placer le monde du travail au cœur de la Nation, comme c’était le projet du Conseil National de la Résistance."
Le M’PEP 62 et le PRCF 62 renouvellent donc, à l’intention des camarades Mélenchon et Poly(a), la proposition qu’a déjà relayée le journal La Voix du Nord : organisons à Hénin-Beaumont un débat public sur la question de l’euro, y compris en présence de Marine Le Pen, de manière à démasquer la candidate du FN qui est en réalité aussi antisociale et anti-ouvrière qu’elle est antinationale.
Par ailleurs, il serait démocratique que les électeurs connaissent, avant le scrutin, ce que sera la position du Front de gauche et de ses députés à propos d’une éventuelle participation à un gouvernement Hollande : étant donné l’orientation d’Hollande, qui privilégie le « remboursement » de la « dette souveraine » de la France et le « sauvetage de l’euro », quitte à infliger à notre pays une austérité à perpétuité, le M’PEP 62 et le PRCF 62 jugent que les conditions politiques d’une participation de la gauche « antilibérale » au gouvernement, ne sont pas réunies ; cette participation sans principe de tout ou partie du « Front de gauche » à un gouvernement d’euro-austérité permettrait une dangereuse offensive commune du FN et de l’UMP.
Au contraire, pour le M’PEP 62 et pour le PRCF 62, le présent et l’avenir doivent être avant tout consacrés, non pas à l’euro-collaboration, ni aux chimères sur « l’euro au service des peuples », mais à la montée de la résistance et de l’alternative populaires." [Source El Diablo]
(a) contre toute attente, et à la demande semble-t-il de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et président du Parti de la Gauche Européenne, Hervé Poly a accepté de s’effacer devant le chef de file du Parti de Gauche. Cela ne peut manquer d’interroger des militants du PCF qui tenaient aux positions initialement très « eurocritiques » de la fédération du Pas-de-Calais, traditionnellement très attachée à l’affirmation du parti communiste. 
 
snoopyberet Une dernière mélenchonnade autorisée par Berlin creuse le déficit politique. Hénin-Beaumont.
   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article