Grace présidentielle pour les écoles condamnées et la citoyenneté francaise ? (Sarkozy 2012)

Publié le par DAN

Speedy-Démago.

Les campagnes électorales sont le temps rêvé pour les démagogues, nous n'avions pas besoin du NPA pour savoir que l'euro avait la consistance internationaliste du roublepour gommer les frontières et les nationalismes mais dans cet exercice démagogique Nicolas Sarkozy est inimitable, après la prime dividende voilà le temps de la grâce présidentielle pour les condamnés, les classes ne fermeront qu'après son élection à un deuxième mandat, l'exécution est donc retardé même si le non remplacement des départs en retraite (faut il les interdire ou créer un "corps de réserve" des enseignants ?) en rend le fonctionnement improbable.

Mais c'est bien le thème de la double nationalitéqui retiendra mon attention, oui Monsieur Copé il est temps de quitter l'Union européenne, restons Français. Et s'il n'est pas souhaitable de ne rester qu'entre Français, nous serons qui accueille et pourquoi des étrangers et plus encore pour quels intérêts communs nos nations européennes peuvent faire alliance, assez des pouvoirs usurpés par la Commission européenne, rétablissons la citoyenneté française !  

 


Nb je demande cependant à Nicolas Sarkozy à l'occasion de l'accouchement de sa moitié (?) d'accorder un délai pour le rétablissement des droits de mon chat, l'honorable Oust Kieshi de Goutière, qui s'est laissé séduire par un passeport européen. 

 

et ici on accouche, aussi, les chimères ..

snoopyberet ".. L’un des grands arguments des partisans de la sortie de l’euro, est que ceux qui misent sur un mouvement social européen poursuivent une chimère. L’enjeu est de saisir l’occasion pour le faire naître. Plusieurs pays sont confrontés très durement au problème de la dette. D’autres le seront plus ou moins tard. Tous sont soumis aux politiques économiques et monétaires pro-cycliques. Même la Confédération européenne des syndicats a été obligée de se démarquer de la Commission européenne et de la BCE. L’opportunité est créée de construire, entre les citoyens des pays d’Europe, une véritable union. La solution progressiste n’est pas la sortie de l’euro. Elle est d’aider à la convergence des luttes sociales et politiques menées aujourd’hui de façon dispersée vers un objectif de contrôle social démocratique commun de leurs moyens de production et d’échange, donc aussi de l’euro. .." François Chesnais "Les dettes illégitimes" NPA
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article