Gérard Collomb et Ben Ali - l'homme qui tourne le dos aux émeutes.

Publié le par DAN

Le sarko-socialisme à l'épreuve de la Tunisie.

Nos hommes politiques, prétendraient ils à devenir Ministre ou simplement Président comme Gérard Collomb, sont connu pour ne rien voir des problèmes de nos sociétés. Dans le cas de notre Collomb, si un voyage en Chine (sic) devait lui permettre d'ignorer les revendications de nombreux lyonnais cet automne, y compris nos célèbres "émeutes", le voyage en Tunisie aura été en quelque sorte .. l'émeute de trop

De savoir qu'il voyageait dans la peu recommandable compagnie de Rivalta, le premier fraudeur des TCL - mais n'imaginez pas que le concours soit clôt, en rajoute encore aux couleurs de l'escapade. 

Sans doute celui qui traite avec beaucoup de suffisance et Aubry et Royal ne demissionnera pas de son mandat de Maire, l'affaire, on le comprend, est trop juteuse, pas plus que Woerth, Alliaud-Marie ou Hortefeux, le sarko-socialisme rend la gauche compatible à la continuité

"- Le 17 décembre, Gérard Collomb et la délégation de la Ville de Lyon qui l’accompagnait ont posé les pieds dans une Tunisie qui commençait à s’embraser. Le jour de son arrivée en Tunisie, Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant de fruits et légumes, s'immole par le feu à Sidi Bouzid. Il s’agit de l’acte fondateur de la Révolution de Jasmin. Quand Gérard Collomb quitte le pays le 21 décembre, la situation a empiré. Dans la région de Sidi Bouzid, les manifestations se multiplient. Pendant ces quatre jours, le contexte n’a guère changé le programme de la délégation lyonnaise. “Quand on y était, il n’y avait pas de problèmes”,glisse Évelyne Haguenauer, adjointe en charge de la Mémoire, dont la perspicacité a visiblement été bernée par la censure qui régnait alors au pays de Ben Ali.

[...]

Sur le sujet de la Révolution de Jasmin et le bilan des années Ben Ali, Gérard Collomb adopte une position assez cohérente avec ces actes. Interrogé sur BFM juste après la fuite de Ben Ali, il dressait un bilan contrasté : "il est clair que quand on fait le bilan, il y a un aspect positif, qui date d'ailleurs depuis Bourguiba mais il y a des évolutions qui sont un peu semblables, quelque chose de positif sur effectivement la façon de prendre en compte la jeunesse. En même temps quand on créé une couche moyenne, comme c'était le cas en Tunisie, évidemment il faut répondre à ses aspirations. L'une de ces principales aspirations c'est la liberté". À commencer par la liberté d'entreprendre ? -" Lyon Capitale (extrait)

Globalement

positif !

guignolTrente six chandelles - les dessous de la Fête des Lumières (Lyon) 

LES EMBIERNES - LYON les pieds dans le béton, délinquance et oligarchie. 

Vigilance citoyenne, Lyon et les mégalo potes du socialisme - Collomb, Rivalta, .. 

Lyon, B. Rivalta et les marchés publics (SYTRAL-TCL) - polémique 

B.Rivalta, président du Sytral, La défense d'un voyou - Tribune de Lyon  

 

Publié dans OLIGARCHIE Lyon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article