Gagnez moins ! - L'économie sociale et solidaire et les premiers pas du gouvernement de F. Hollande

Publié le par DAN

 

L'ambiguïté du message présidentiel aurait du inquiéter davantage les fonctionnaires syndicaux, non pas qu'ils aient officiellement aussi à défendre les intérêts de l'oligarchie, mais parce que cet étonnant message de "solidarité" pouvait s'entendre comme un message à davantage d'austérité, un annonce à la réduction des rémunérations qui n'a de comparable que la Grèce.

Les liens de solidarité que les Moscovici ont tissé de longue date avec le grand patronat ne laissant rien présager de bon quand il est question de restaurer la productivité. Déjà nous devons alors comprendre que la rémunération des actionnaires, des agioteurs, des fonds de pension et d'investissement - ceux là aussi qui réclament 4 milliards d'imposition abusive au dire des "autorités européennes" - la rémunération des spéculateurs donc serait insatisfaisante.

Les mots sont souvent trompeurs et sont donc les outils de prédilection des oligarques, ainsi le concept "d'économie sociale et solidaire" ne doit il pas faire oublier que le patronat de ce secteur mène une offensive de longue haleine contre les salariés pour la remise en cause des conventions collectives (CCN 66 et 51 après celles de l'animation socio-culturelle, des centres sociaux et autres MJC ..) même si ce patronat est parfois représenté par des socio-libéraux (PS) pour une part, il n'ambitionne que de se placer sous l'aile protectrice du Medef.

La marchandisation des secteurs publics et des délégation de ces services connaît donc une double stratégie avec d'une part la création de sociétés commerciales (Service à la personne et maisons de retraite non médicalisées) d'autre part l'acceptation du cadre de la concurrence par "les associations" et autres "fondations" de "l'économie sociale et solidaire" - l'acceptation du cadre de la directive "frankenstein" de l'Union européenne.

   

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article