Festival Lumière Lyon - Petit hommage dans l'air du temps.

Publié le par DAN

 
LYON - Festival Lumière 2012
 

Il ne m'étonne pas davantage qu'une municipalité "de gauche" ait décidé d'utiliser l'argent public pour rendre hommage à deux fascistes notoires, les frères Lumière.

De la chasse aux Roms menées avec tant de zèle par Manuel Valls à la construction de l'europe libérale, tout était déjà écrit par Philippe Pétain, tout, jusqu'au détail : "Pour que l'ère tant désirée de concorde européenne survienne, il faut évidemment, que les conditions imposées par le vainqueur ne laissent pas un ferment d'hostilité irréductible contre lui."

Ce Festival "Lumière" est sans doute le plus bel hommage que l'on pouvait rendre à l'apolitisme de notre temps, à l'absence de repères intellectuels et moraux qui caractérise notre temps, à ce siècle du Libéralisme où tout s'efface devant les besoins du spectacle et de l'argent, devant le spectacle de l'argent.

La nausée. 

 
Lors de l'inauguration d'un monument à la mémoire des Roms victimes de l'holocauste le représentant de la communauté soulignait que les persécutions se perpétuaient en Union européenne.
 
Les frères lumière de la collaboration.

"Louis Lumière s'implique fortement dans le soutien au régime fasciste italien. En effet, le gouvernement fasciste veut lutter contre la prédominance du cinéma américain et il organise pour le quarantième anniversaire de l'invention du cinéma, le 22 mars 1935, un grand gala auquel assiste en personne Louis Lumière. Ce jour-là, Louis dédicace sa photo : « À son Excellence Benito Mussolini avec l'expression de ma profonde admiration. » Cette photo et cette dédicace sont publiées en page 3 d'un ouvrage édité à cette occasion, par l'Imprimerie nationale italienne. Il associe son frère Auguste dans « la vive gratitude » qu'il exprime à l'égard des organisateurs fascistes de cette assemblée et dans ce même ouvrage, émanant du secrétariat des Groupes Universitaires Fascistes, il évoque « l'amitié qui unit nos deux pays et qu'une communauté d'origine ne peut manquer d'accroître à l'avenir »10.

Le 15 novembre 1940, il écrit, dans Le Petit Comtois :

« Ce serait une grande faute de refuser le régime de collaboration dont le maréchal Pétain a parlé dans ses admirables messages. Auguste Lumière, mon frère, dans des pages où il exalte le prestige incomparable, le courage indompté, l'ardeur juvénile du Maréchal Pétain et son sens des réalités qui doivent sauver la patrie, a écrit : « Pour que l'ère tant désirée de concorde européenne survienne, il faut évidemment, que les conditions imposées par le vainqueur ne laissent pas un ferment d'hostilité irréductible contre lui. Mais nul ne saurait mieux atteindre ce but que notre admirable Chef d'État, aidé par Pierre Laval qui nous a donné déjà tant de preuves de sa clairvoyance, de son habileté et de son dévouement aux vrais intérêts du pays. » Je partage cette manière de voir. Je fais entièrement mienne cette déclaration. »

Auguste Lumière siégea au conseil municipal de Lyon mis en place par le régime de Vichy en 1941 (il n'y fut cependant presque jamais présent). En juillet 1941, il fit partie du comité de patronage de la Légion des volontaires français (LVF) créée à l'initiative du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot. Il mit donc « sa notoriété d'inventeur au service de la collaboration armée avec l'ennemi qui pillait, torturait, déportait, fusillait… »11.

Louis Lumière est membre du Conseil national mis en place par Vichy, et fait partie du comité d'action de la LVF, chargé du recrutement àMarseille.

Auguste et Louis Lumière reçurent tous deux la décoration de la Francisque." WIKI

   

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article