Faites taire la république ! - Un appel pathétique de Sarkozy au CSA.

Publié le par DAN

"A l'approche des manifestations du 1er mai, l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy a demandé au Conseil supérieur de l'audiovisuel de décompter du temps de parole de François Hollande tout propos anti-Sarkozy que tiendraient les responsables syndicaux à la radio ou à la télévision.
Dans un courrier au président du CSA Michel Boyon, rendu public samedi, le directeur de campagne du président-candidat de l'UMP, Guillaume Lambert, rappelle que plusieurs syndicats ont ces derniers jours "explicitement appelé à voter contre Nicolas Sarkozy" au second tour, le 6 mai. Il cite la CGT, la FSU, le Syndicat de la magistrature (SM) ou encore l'Unef (étudiants)." Le Figaro (extrait)
 
Faire taire la République.

Nicolas Sarkozy restera dans notre histoire comme le Président le plus inculte, guignol-a.gifon doit l'espérer en ce début de siècle . En cela peut être pouvons nous trouver un indice de l'influence exercée par les Etats-Unis, l'Empire, sur notre Nation, piètre influence en vérité qui fait que chez nous aussi les "People", les artistes plutôt que les intellectuels voudraient influencer le choix des citoyens.

Déjà des voix s'élèvent pour donner davantage à l'élection un caractère de "télé réalité" avec des résultats partiels en temps réels, des "résultats électoraux" destructurés par la recherche d'audience, une autre forme de sondage de popularité. Sans doute doit on ainsi s'expliquer l'adresse de Nicolas Sarkozy au CSA, Conseil supérieur de l'audiovisuel, plutôt qu'au Conseil Constitutionnel ou, en dernier recours, aux CRS pour faire taire la République.

La fin du "causes toujours".

Sans doute on l'avait compris déjà dans "le traitement des petits candidats" par guignol-a.gifquelques clowns de l'audimat, les fameux "professionnels de l'information", la démocratie n'est plus de mise, pas même le fameux "causes toujours" devions nous déjà en conclure au retour à quelque forme de totalitarisme ?

Le candidat-résident de l'Elysée, car je doute qu'il ne fut jamais Président, sauf peut être dans les rêves de Kadafi, vient nous oter nos derniers doutes, les citoyens voir leur temps de parole réglementé !

Il est vrai qu'à la suite de nombre d'autres professionnels, les Magistrats ont exprimé un "ras le bol" des insultes présidentielles ("petits pois", ..) et de quelques "ministres" contestant abusivement le bien fondé de l'application des lois votées par le Parlement, que l'on aurait pu croire entendre protester le Garde des Sceaux, notre sympathique et rondouillard Michel Mercier, centriste trop souvent entre deux eaux, .. le Rhône et la Saône, .. mais ce n'était qu'un murmure entre deux rots.

Les citoyens ont ils droit à une parole publique ?

Ce n'est donc pas non plus le Conseil de la Magistrature, trop éloigné des réalités médiatiques de ce monde qui devra en juger, les citoyens ont ils droit à la parole, à une parole publique ?

C'est aussi de cela dont nous devrons décider le 6 Mai lors de ce curieux référendum présidentiel.

Car pour le reste nos syndicats sont bien moins liés à la vie politique qu'ils ne le sont aux Etats Unis ou en Angleterre, que l'on a chercher à ce qu'ils le soient sous Pétain ou Mussolini, .. et l'on en serait rassuré si la confusion ne voulait qu'ils soient "apolitiques", mais c'est un autre débat. 

   

Commenter cet article