Elections législatives, donner du temps à la réflexion avant de voter.

Publié le par DAN

 
Nés un 29 Février ..
 

Sans doute convient il de se souvenir et de rappeler aux intéressés que nous avons voté contre Nicolas Sarkozy au deuxième tour de l'élection présidentielle. Aussi contrairement à la propagande du Front de Gauche - qui hier encore disait ne vouloir rien négocier avec le Parti Socialiste, n'avons nous pas aujourd'hui le sentiment d'avoir "pris l'Elysée", encore moins Matignon sans même parler de Bercy ou de la Place Beauvau. Cependant, sauf à considérer qu'un "Président normal" serait celui qui ne respect pas ses engagements, un parjure, il me faut bien prendre ses promesses au sérieux. 

François Hollande n'est il pas le représentant d'une fonction quasi-monarchique ?

Et donc que François Hollande et son gouvernement s'accordent un temps de réflexion avant l'action est chose compréhensible, mais qu'il veuille mégoter sur les promessespour contenter Parisot ou Merkel, Berlin ou la Banque, Chérèque ou Tenardier .. voilà qui le serait moins. Faudrait il croire alors que le retour à la retraite à 60 ans ne serait qu'une illusion d'optique, un faux semblant, un trompe l'oeil .. en un mot une couillonnade de campagne ? un droit pour ceux des salariés, au terme de 40 années de labeur, qui seraient nés un 29 Février- ou une autre quelconque disposition énarchique qui font derrière leurs guichets les fonctionnaires des caisses de retraite se gonfler d'importance en rejetant les dossiers ?

Avant de voter - ou non - pour les candidats de la majorité présidentielle à ces élections législatives il faudra donc patienter pour savoir déjà si la parole présidentielle est crédible

 
Quand les salariés seraient considérés comme responsables du chômage et des licenciements, responsables des rémunérations indécentes du patronat ou du pillage de l'économie par les Fonds de pension et placements ..
"Une hausse du Smic "est toujours dangereuse" pour l'emploi et doit être "a minima", a tenu à mettre en garde le numéro un de la CGPME, Jean-François Roubaud. De son côté, la patronne du Medef, Laurence Parisot, devait enfoncer le clou en fin de journée sur l'importance de ne pas compromettre la compétitivité des entreprises.Jean-Claude Mailly a notamment fixé à 1340 euros net par mois, l'augmentation qu'il souhaiterait voir être appliquée rapidement contre 1098 euros aujourd'hui. "Certains considèrent que j'en demande trop, je rappellerai tout simplement que le seuil de pauvreté en France est à 954 euros et que le Smic est à 1.100 euros", a justifié le leader de Force ouvrière.
En ce début de mandat, l'observation est de mise et le climat plutôt favorable mais les organisations représentatives restent prudentes. "Je jugerai de la qualité du dialogue social dans les prochaines semaines", commentait ainsi ce lundi François Chérèque, qui s'est montré toutefois satisfait que l'orientation du dossier des retraites porte sur les cotisations, quand Jean-Claude Mailly déplorait "pour le moment que les questions de solidarité ne soient pas suffisamment prises en compte", comme pour les personnes ayant eu "des périodes de chômage, par exemple", a-t-il expliqué." METRO 29 Mai 2012 
.. à noter encore que la CGT des fonctionnaires syndicaux est parfaitement inaudible, voilà qui promet pour la succession du B. Thibault. 
 
  peche

@ CFDT. Pour la suppression du droit à la retraite, de votre vivant - Equilibrer les comptes du patronat.

@ Retraite à 60 ans - La continuité du sarko-socialisme c'est maintenant.

@ Gagnez moins ! - L'économie sociale et solidaire et les premiers pas du gouvernement de F. Hollande  

   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article