Ecologie - le bruit du tiroir-caisse, la survie des espèces.

Publié le par DAN

La Farce cachée d'un accord.

Avec deux billets consécutifs sur les "écologistes", le Lyon Royal courrait il le risque de virer au Vert ? Il est vrai que la survie des espèces, d'une sous famille de l'oligarchie, n'est pas dans l'ordre de nos préoccupations; bien au contraire, nous nous inquiétons davantage ici du manque de prédateurs, de l'absence de régulation naturelle et de la prolifération des malfaisants dont les dommages font l'objet de chroniques régulières.

Mais c'est d'une toute autre espèce dont il sera question ici. Car bien évidement, même la question du nombre de députés "éligibles" négocié avec le Parti Socialisse ne doit pas être compté au titre de la démocratie parlementaire, chose dont la Commission européenne se moque éperdument, mais en terme de financement public du parti écologiste, remboursement de campagne et subventions diverses, que non pas 6% des français financeront, mais 99% d'entre eux.

Ainsi sans que l'on sache à combien de centrales nucléaires, de taxes ou surtaxes, seront négociées les sinécures ministérielles à venir, l'on mesure déjà l'impact ou la nuisance de quelques promesses de députation. Alors de qui se moxe-t-on ?

 
"Ah ! si François Hollande avait eu connaissances de la situation financière d’Europe-Ecologie-Les Verts que nous publions ci-contre. Il aurait su qu’il disposait d’une carte maîtresse, l’argent, pour maîtriser l’intransigeance de ses partenaires sur le nucléaire. Il aurait compris qu’il pouvait tendre à l’extrême les négociations sans risquer la rupture finale, sans se soucier des menaces et des ultimatums lancés par Eva Joly. Il se serait ainsi épargné les conséquences politiques désastreuses des bricolages de textes d’après signature de l’accord. Car pour sauver leur organisation de la débâcle financière et pour soutenir la campagne de leur candidate Eva Joly, EELV a besoin d’un accord électoral avec le PS qui leur garantisse un nombre de voix important et un groupe parlementaire. 
En effet, les finances d’Europe Ecologie les Verts (ELV) sont au plus mal. « La faillite menace même si un plan d’apurement des dettes n’est pas mis en place d’urgence. » ..." Marianne2 "La face cachée d'un accord"
  Capacité de nuisance, écologie et éco-système parlementaire.

Commenter cet article