Du droit de greve et de la liberté d'expression - reflexions.

Publié le par DAN

"A 19 ans, il détient désormais «la plus lourde peine pour outrage à agent via Facebook», raconte Le Télégramme de Brest : un habitant de Locmaria-Plouzané a été condamné vendredi à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Brest pour avoir insulté des gendarmes sur le réseau social.

 

Tout commence en janvier dernier lorsque ce jeune homme au casier judiciaire déjà lourd est contrôlé un soir en état d'ivresse en voiture. Il lui faudra rentrer à pied. Une promenade nocturne qui lui reste en travers de la gorge. Le jeune homme le fait savoir sur son profil Facebook où il déverse publiquement des injures contre les gendarmes qui l'ont contrôlé. «Rien ne changera pendant six mois, jusqu'à la découverte du profil par les principaux intéressés», raconte Le Télégramme.

Poursuivi pour «outrage à personne dépositaire de l'autorité publique», un délit punissable de six mois de prison et de 7500 euros d'amende au terme de l'article 433-5 du Code pénal, l'homme, absent à l'audience, a finalement écopé vendredi de trois mois de prison ferme. Il devra en outre verser des dommages et intérêts aux gendarmes.

Internet sans Frontières, association travaillant à la promotion de la liberté d'expression sur internet, a déploré dans un communiqué la «sévérité inédite» de la peine, relevant qu'il s'agit de «la première fois en France qu'un individu est condamné à de la prison ferme pour ce type de faits»." LeParisien 02/10/10

Liberte d'expression.  Le hasard peut être, à la lecture d'un livre sur l'Italie(*) dont je rendrais prochainement compte ce court extrait d'un article de 1849 repris par Alberto Toscano s'interrogeant sur l'évolution des libertés individuelles dans nos deux pays : "Si vous ôtez la liberté d'écrire, ôtez donc la liberté de parler; si vous ôtez la liberté de parler, ôtez aussi la liberté d'écrire; mais ce ne sera pas encore assez; bientôt il vous faudra ôter la liberté de penser et jusqu'à la liberté de se taire. La France est avertie; c'est à elle maintenant de fixer son choix; c'est à elle d'opter entre le maintien de la liberté et le rétablissement de l'inquisition. L'un ou l'autre !".

Noeud d'écouteJe connais mal Facebook ou j'ai suivi quelques amis et je pensais echanger par cet intermediaire quelques propos sous forme d'une correspondance privée, mais après la video surveillance, les ecoutes telephoniques ou tout du moins la consultation de la liste de nos correspondants, il semble que la sphère du privé se réduise considerablement, l'épicier de Tarnac ne s'était il pas vu reprocher de mauvaises lectures ..


(*) Alberto Toscano "Vive l'Italie" A. Colin Aout 2010 

CGT-Droit-de-greve.jpg

Du droit de greve.

 

Je ne suis qu'un modeste observateur du fait syndical tout au plus je remarque en ces temps de manifestations que les objectifs affichées par certaines "Confederations" ne sont pas à la mesure de leurs capacités apparentes de mobilisation - je veux parler de certains appels à la grêve generale purement incantatoires et propagandistes. Les greves s'organisent et parfois un simple acte militant comme ce tract CGT sur le droit de greve fait plus que ces incantations. Peut être encore faut il s'organiser pour jouir de certains droits en liberté.  

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article