DSK est il un malade mental ? - Notre commentaire sur une déclaration de Michel Rocard.

Publié le par DAN

«Cet homme a visiblement une maladie mentale, celle d’éprouver des difficultés à maîtriser ses pulsions. C'est dommage, il avait un vrai talent, c'est vrai » Michel Rocard, Canal+ 

Michel Rocard connaît bien le Parti socialiste et aussi l'arctique ou Sarkozy l'avait missionné comme Ambassadeur de France auprès des pingouins - ce qui a du laisser les manchots socialistes terriblement frustrés. Mais ce n'est pas là ma cantine.

Sans doute l'annonce de menaces de poursuites judiciaires contre Nafissatou Diallo pourrait elle donner à penser à une "personnalité perverse" - DSK Maître du Monde n'ayant aucun compte à rendre sur les accusations portées contre lui ; car pourquoi dès lors ces campagnes calomnieuses contre Madame Diallo, y compris au Nouvel Observateur, pour précisément éviter un procès ?

C'est qu'il reste peu de chose d'une "réputation" qu'il voudrait défendre, ne parlons pas d'honneur 

Sans doute, cette violence, ces menaces confortent l'idée de sa culpabilité, les accusations d'un comportement de prédateur conforté par son emploi au FMI. Là ou peut s'épanouir au milieu de ses semblables, Christine Lagarde et d'autres, le mépris du peuple, des petits peuples agressés par la brutalité des politiques libérales.

Alors, malade mental ou simplement libéral conséquent ? Nous n'avons pas ici pour en décider l'expertise de Michel Rocard, sans doute les deux sont ils indissociables. C'est un débat à conduire d'urgence.

 

 

DOCUMENTAIRE :  "Le pervers ou l'oligarche."

 ATTAC-Mepris-du-monde.JPG

".. L'organisation perverse se caractérise quant à elle par une apparence de génitalité, de fonctionnement social adapté et mentalisé. En réalité on a affaire à un déni de la réalité, qui découle directement du déni de la castration: "je suis le maître du monde".

Il ne s'agit pas ici de psychose. Le pervers n'a pas compris la nécessité du respect de l'autre, il dénie la nécessité de recevoir la loi du père. .."

".. Le pervers se croit donc à l'origine de la loi. Lui-même fera sa loi. Ainsi il sera d'une part délinquant, et d'autre part indélicat. .."

".. Le pervers pose la source de ce qui est bien et de ce qui est mal. Il existe chez lui des mécanismes abandonniques, ses modes de relation primitifs traduisant le manque de respect des parents à son égard..."

".. Si les véritables pervers sont assez rares, leur pronostic d'évolution demeure sombre.

Ils sont très souvent incapables de se plier à une discipline institutionnelle, et restent principalement soucieux de satisfaire leurs appétits..."

Cours d'infirmier du secteur psychiatrique

Publié dans AFFAIRE STRAUSS KAHN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article