DSK - Anne Sinclair, Le dernier bon coups médiatique, un pétard mouillé.

Publié le par DAN

dsk

Annoncer dans le même temps un livre de révélation sur son couple et des menaces sur les médias qui feraient étalage de cette même vie, voilà une curieuse attitude pour l'épouse de Dominique Strauss Kahn.

Sans nul doute ne sagit il là que d'un nouvel éclat médiatique visant promouvoir cette "oeuvre", la morale une fois encore n'ayant rien à voir avec les menaces d'Anne Sinclair, professionnelle des médias. 

 Il est vrai que la défense d'Ivan Levai était publiée alors que s'étalait dans la presse les premières révélations de l'affaire du Carlton de Lille, des liens privilégiés que DSK entretenait avec le milieu du proxénétisme, une affaire ou il est question de prostitution de jeunes filles mineures.

Le livre et son auteur apparaissaient de ce fait aussi ridicules qu'il est possible, comme auparavant les pisses-copies du "Nouvel Observateur". 

Dans l'affaire du Carlton de Lille, les activités de DSK, si elles allaient au delà de la simple relation de "consommateur", mettaient par ailleurs en lumière l'activité du "Perv" quelques jours, quelques heures (?) avant le crime de Manhattan et l'étrange complaisance du Procureur instruisant à charge contre la victime, une syndicaliste (AFL CIO) noire et immigrée.  

Peu auparavant, dans l'affaire Banon, si le Procureur de Paris reconnaissait les faits d'agression sexuelle il considérait que ceux ci étaient prescrits. Pour autant, comme l'affaire Diallo avait permis aux syndicats de l'hôtellerie de populariser leurs revendications à propos des agressions dont sont trop souvent victimes les employées des chaînes hôtelières, l'affaire Banon aura permis de remobiliser les féministes contre les violences faites aux femmes.

Il n'est donc pas intéressant pour les temps à venir de relever que c'est dans la lutte, juridique et médiatique, contre un "socialiste" éminent que peut se forger la conquête de nouveaux droits sociaux, de nouvelles solidarités. 

Michel Rocard revenait ce lundi 14 Novembre (AFP/20minutes) sur la maladie dont souffrirait Dominique Strauss Kahn et qui le "détruirait". A vrai dire cela nous importe bien moins que ces femmes victimes de ses violences ou des encouragements qu'il donnait au proxénétisme hôtelier. Ce qui nous importe aujourd'hui c'est que le scandale se perpétue, car cet homme est toujours adhérent du Parti socialiste !

NB. Rappelons que les activités criminelles ne relèvent pas de la vie privée, ni même la vie politique qui se trouve souvent associée, trop souvent associée à des activités criminelles ou délictueuses pour ne pas s'en inquiéter et relever à la suite de troublantes complaisances dans l'oligarchie.
 

Publié dans AFFAIRE STRAUSS KAHN

Commenter cet article