Débat et liberté d'opinion dans la campagne présidentielle - faim de démocratie ?

Publié le par DAN

clown.jpg

Il y a deux types d'évènements, assez dissemblables à première vue, qui m'incitent à écrire ces quelques lignes sur la campagne pour l'élection présidentielle 2012.


 

Le premier est dans la difficulté d'organiser un débat entre l'ensemble des candidats à la fonction présidentielle. Cette difficulté a été révélée au grand public à la suite de l'action de Nicolas Dupont-Aignan consistant en un courrier incitant l'ensemble des candidats à exiger sa tenue.

Le refus exprimé par Sarkozy de participer à une telle initiative est compréhensible, depuis près d'un an il joue de l'ambiguïté entre son mandat qui s'achève et sa qualité de candidat et l'on ne sait plus très bien si son programme électoral a déjà été adopté ou non en Conseil des ministres

Le refus de François Hollande est plus intéressant, déjà il nous informe que le "probable futur Résident de l'Elysée" met ses pas dans ceux de Sarkozy. Voilà une posture qui augure mal pour le reste de démocratie survivant dans notre pays dans le cas de cette "alternance" au Pouvoir ou plutôt .. du Pouvoir constitué ailleurs.

Il n'est donc pas inutile au regard de cet empêchement à débattre de relever les moyens mis à disposition d'une "élection privée", la primaire du Parti socialiste. Nous sommes bien là dans un coup d'Etat, y compris médiatique, visant à transformer notre république sur le modèle américain - et plus exactement sur ses plus détestables aspects.

Car sinon, nos Présidents resteront, ici, irresponsables !(a)

 

Le second évènement se déroule ces jours-ci à Lyon autour de la venue de Marine Le Pen dans le cadre de sa campagne électorale. Le barnum(b) organisé par la gauche autour de l'évènement réveillera-t-il l'intérêt du public pour les idées de Marine Le Pen, je souhaite que non. Toujours est il que cet effort de "re-diabolisation" pourra l'aider à se démarquer de son principal adversaire et concurrent, Nicolas Sarkozy, dont les déplacements ne suscitent pas tant d'émoi - serait il moins dangereux ?

Mais peut être le calcul secret des organisateurs est il d'aider Marine Le Pen a grappiller des voix sur Sarkozy ?

Surtout il me semble que la démocratie et les libertés auraient plus à gagner de davantage de tolérance à l'égard de l'expression des idées, si sur le fond elles doivent être débattues et même combattues. Il serait pour le moins paradoxale d'exiger dans les médias un débat avec le représentant attitré de l'exclusion et de la stigmatisation et de réduire ici le débat à quelques coups de poing(c) contre un second couteau de la même politique.           

 
Cela dit, pour débattre faut il encore avoir des idées. De leur existence, certains en sont moins que convaincu et on notera "la bonne" progression du score des intentions d'abstention qui passe de 29 à 32%. 
 

(a) Irresponsabilité judiciaire pour leurs actes délictueux s'entend, le droit nourrit parfois la propagande anarchiste.

(b) Un rassemblement organisé ce Samedi, Place des Terreaux, à Lyon.

(c) Un incident de cette nature a opposé des partisans du Front de gauche et du Front National en marge d'une réunion étudiante. 

 
    Un contorsionniste à la Foire de Lyon, Nicolas Sarkozy, le Samedi 17 Mars.
 

Commenter cet article