Collomb en marionnette ? un secret de polichinelle et de .. JM Aulas.

Publié le par DAN

EDITION de L'OEUVRE COMPLETE.  

Gérard Collomb cible des attaques des élus centristes du Grand Lyon, après l'échec des manoeuvres en direction des élus "radicaux" pour prendre à Michel Mercier, malgré le désaveu des électeurs, la présidence du Conseil Général du Rhône,voilà qui nous éloigne de l'époque ou notre Collomb pouvait "toucher couler" la constitution d'un  Modem lyonnais.

Son Oeuvre Complete boudée par le Parti socialiste (LyonMag), et les lecteurs, hors sans doute sa baronnie socialiste, le rôle de flatteur nécessitant d'être informé, il reste à Gérard Collomb de s'être fait taillé une marionnette qui aura désormais à souffrir les foudres de Guignol, en plus.

C'est donc sans scrupule que les sénateurs socialistes se seront abstenu de voter "les amendements Aulas" de leur ami lyonnais, rejetés donc ainsi que le critère d'utilité publique pour les projets privés (OL Land). Il reste encore à "la gauche" de démissionner de ses mandats lyonnais ... ou de démissionner Collomb ! 

guignol-a.gif

"Même les élus socialistes, qui se sont abstenus, n’ont pas voté en faveur des amendements déposés par le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb au Sénat. Lors de l’examen en commission du projet de loi Depierre, adopté en première lecture par l’Assemblée et qui sera examiné dans une semaine au Sénat, les amendements du maire de Lyon ont tous été rejetés.

Le rapporteur du projet de loi, le sénateur UMP du Vaucluse Alain Dufaut, avait résumé la contribution de Gérard Collomb.

« Ses amendements ciblent particulièrement la construction du grand stade de Lyon. Ce projet, entièrement privé, bute sur des problèmes administratifs et financiers et ces amendements visent à lever ces obstacles. Son amendement n° 2 prévoit que les stades destinés à accueillir l’Euro 2016 seront présumés comme étant d’intérêt général. En jurisprudence, il ne fait aucun doute qu’un stade est d’intérêt général. Amendement inutile, donc avis défavorable ». Sauf que les stades évoqués dans la jurisprudence sont publics, alors que l’on est à Lyon dans un projet privé…

Le sort réservé aux autres amendements du maire de Lyon est identique. Ils portaient notamment sur le droit des enquêtes publiques, sur la fixation au conseil d’Etat d’un délai de six mois pour se prononcer - au lieu d’un an -, et sur un encadrement des délais de jugement en ne donnant pas d’effet suspensif aux recours formés contre les actes administratifs en lien avec la construction des enceintes sportives destinées à accueillir l’Euro 2016." Le Progrès.fr 20/04/11

 
 

Publié dans POLITIQUE Lyon

Commenter cet article