Arcelor Mittal - Les syndicats ne veulent plus faire les frais des mensonges de Nicolas Sarkozy.

Publié le par DAN

 
Sarkozy, la Haine et le Mensonge.
 

Nicolas Sarkozy va devoir mieux choisir pour développer ses mensonges de campagne électorale ; les sidérurgistes en ont ras-le-bol de sa cuisine, à l'évidence elle laisse un goût amer. Venu provoquer les syndicats, après les avoir fait bastonner par sa police, le Sarkozy ne pouvait guère s'attendre à meilleur accueil. Les salariés attendent aujourd'hui autre chose que des promesses, d'ailleurs jamais confirmées par le groupe Mittal, ils attendent le redémarrage de la production.

Mais aussi quel besoin avait le Sarkozy d'aller "faire de la politique" dans cette galère ? confirmer à la droite extrême et à Madame Parisot qu'il était bien leur meilleur candidat, peut être. Quand les Français pourraient commencer de s'interroger pour savoir si sa candidature serait encore légale ou sa Présidence invalidée (?) ; interrogations que nourrissent les rumeurs sur les affaires Bettencourt, Karachi, .. 

Mais encore se confirme une leçon que le Parti de Lionel Jospin n'avait pas voulu tirer de la campagne de 2002, on ne peut pas devenir, ou demeurer le Président de la République en affichant un mépris total du monde du travail et de ses organisations et c'est une bonne chose que les classes populaires retrouvent là le moyen d'une expression, bien qu'encore insuffisante.  

 
"Le responsable de la CFDT à l'aciérie ArcelorMittal de Florange (Moselle), Edouard Martin, a jugé lundi que Nicolas Sarkozy avait "une nouvelle fois perdu les nerfs" en déclarant à des quotidiens que des "permanents de la CFDT trahissaient la confiance des salariés" de l'usine mosellane.
"Le président-candidat est en train de perdre pied dans ce dossier", a estimé le syndicaliste dans un entretien téléphonique avec l'AFP. "C'est au contraire lui qui, depuis ses déclarations de 2008 à Gandrange (Moselle), trahit la confiance des métallurgistes lorrains", a-t-il poursuivi. Le 4 février 2008, au lendemain de son mariage avec Carla Bruni et à l'issue d'une visite très médiatisée de l'usine de Gandrange, M. Sarkozy s'était engagé à faire prendre en charge par l'Etat "tout ou partie des investissements nécessaires" pour maintenir l'aciérie en activité. Mais celle-ci a été définitivement fermée le 31 mars 2009.
"Une fois de plus, il (M. Sarkozy) vient se vanter d'avoir obtenu 17 millions d'euros d'investissements pour Florange", a poursuivi M. Martin qui participe depuis le 28 mars avec une vingtaine d'autres métallos à une marche vers Paris. "Ce qu'il oublie de dire, c'est qu'ArcelorMittal ne s'est toujours pas engagé à redémarrer nos hauts-fourneaux", a-t-il ajouté. "Ces attaques contre la CFDT, qui viennent après d'autres lancées contre la CGT, reviennent à cracher sur le monde ouvrier. Nous accuser d'avoir voulu casser son QG de campagne alors que nous étions venus à Paris pour dialoguer, c'est instiller la haine et le mensonge", a encore fustigé M. Martin.
A la mi-mars, quelque 200 métallurgistes de l'aciérie de Florange étaient venus dans la capitale avec l'intention de se rendre devant le QG de campagne de M. Sarkozy, où un important dispositif policier avait été déployé. De brèves échauffourées avaient alors éclaté avec les forces de l'ordre."
L'Expansion 02 Avril 2012 
 
NB. Pour une fois je donne la parole à des adhérents de la CFDT, quelle année !
 
Eboueurs-Mars-2012-Gd-Lyon.jpg Pour autant on aurait tort de croire à un parti-pris sectaire du mouvement social, ici le siège du Parti Socialiste lors de la grève des éboueurs à Lyon, pour la défense du service public.
 
ARCELOR MITTAL en campagne, c'en est assez des promesses ! (acte.II)
   

Commenter cet article