Après la polémique, toujours Marine Le Pen (nouveau sondage).

Publié le par DAN

 DSK derrière Marine Le Pen !

Après la polémique le nouveau sondage Harris/LeParisien comporte une nouvelle leçon politique, les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen ont été amplifiées (+1) traduisant mieux qu'un long discours l'exaspération de l'électorat populaire face à l'oligarchie. On a le sentiment de revivre la campagne de 2005 ou chaque témoignage en faveur du Traité européen renforçait le camp du Non, DSK ne changeant rien à l'affaire.

Peut être Marine Le Pen est elle sur le chemin de réussir son pari, transformer le FN, en un parti républicain et populaire, mais réussir au plan électoral, là ou Chevenement avait échoué, comporte d'autres enjeux, lui faudra encore étoffer son équipe de campagne d'autres personnalités, convaincre d'autres réseaux politiques porteurs des idées patriotiques et sociales, porter plus avant la synthèse des idées républicaines et sociales en un projet cohérent. Le défi reste immense. 

"Bref, la tragédie qui se profile - mais le pire n'est jamais sûr - offre peu de bonnes solutions pour la conjurer. Sauf à prendre à bras le corps le symptôme qu'incarne le Front National, dont Marcel Gauchet avait eu l'intuition dès la fin des années 1980 : le FN risque de devenir l'unique expression possible d'une version effrayante du retour de la lutte des classes à l'heure de la mondialisation neolibérale : dans les derniers sondages, Marine Le Pen séduit deux fois plus d'ouvriers que Sarkozy ou DSK ! Pour contrer le Front national, traiter les questions de l'identité nationale, de l'islam ou de l'immigration ne sont pas  ou plus des solutions suffisantes n'en déplaise aux Buisson et Copé (qui vient de commander à un institut de sondage une consistante étude qualitative sur Marine Le Pen). Ces sujets, s'ils existent, ont une dimension qui reste périphérique pour les Français séduits par le vote Le Pen. Ce qui compte pour eux, c'est le chômage, les délocalisations, le pouvoir d'achat, les salaires et l'avenir de leurs enfants paupérisés. Toutes angoisses pour lesquelles, malheureusement, le discours n'est peut-être plus une arme suffisante" Philippe Cohen - Marianne2 - 07/03/2011 
 

"Mais la seconde vague du sondage Harris Interactive pour Le Parisien.fr risque de donner des sueurs froides aux partis traditionnels puisqu'elle montre le même rapport de forces. La seule différence étant que la candidature de Dominique Strauss-Kahn provoquerait l'élimination de Nicolas Sarkozy au premier tour. En outre, la dirigeante du FN gagnerait un point, à 24 %, face au "patron" du FMI ou à l'ancien premier secrétaire du PS François Hollande. Selon l'enquête diffusée lundi soir, Marine Le Pen (24 %) devance Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI (23 %), ainsi que Nicolas Sarkozy, en troisième position avec 21 %. Dans un second scénario, Marine Le Pen obtient également 24 % des intentions de vote, devant Nicolas Sarkozy (21 %) et François Hollande pour le PS (20 %)." LePoint

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article